chartres.fr

Vidéothèque

Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
Imprimer la pageConvertir au format pdf

Le 26 mai 1944, la bibliothèque municipale de Chartres est sévèrement frappée par un bombardement allié, déclenchant un incendie. Sur environ 500 manuscrits médiévaux, 177 seront épargnés, mais seront très abîmés par la conjugaison des flammes et de l'eau aspergée par les pompiers. Trop fragiles pour être manipulés, les manuscrits resteront dans leurs boîtes de conservation pendant près de 60 ans.

Mais en 2009, une campagne de sauvegarde est lancée, dans le cadre d'une convention réunissant le Ministère de la Culture et de la Communication, l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes (IRHT, un laboratoire de recherche du CNRS spécialisé dans les textes médiévaux), la Bibliothèque Nationale de France (BnF) et la Ville de Chartres.


Sous la direction de Dominique Poirel et de Claudia Rabel, chercheurs à l'IRHT, l'objectif affiché est de rendre accessible et lisible le contenu des manuscrits dans lesquels figurent des documents rares, comme un ouvrage de Thierry de Chartres sur les Arts Libéraux au 12e siècle.


A ce jour, 68 manuscrits ont été traités à Bussy Saint Georges, dans les locaux de la BnF,  et pour continuer cette restauration, la Ville de Chartres a embauché deux restauratrices en novembre dernier, Patricia Vergnet et Estelle Veiga.


Chartres.fr a pu suivre le travail de ces deux restauratrices.

Actualités. Une nouvelle vie pour les manuscrits de Chartres.

Le 26 mai 1944, la bibliothèque municipale de Chartres est sévèrement frappée par un bombardement allié, déclenchant un incendie. Sur environ 500 manuscrits médiévaux, 177 seront épargnés, mais seront très abîmés par la conjugaison des flammes et de l'eau aspergée par les pompiers. Trop fragiles pour être manipulés, les manuscrits resteront dans leurs boîtes de conservation pendant près de 60 ans.

Mais en 2009, une campagne de sauvegarde est lancée, dans le cadre d'une convention réunissant le Ministère de la Culture et de la Communication, l'Institut de Recherche et d'Histoire des Textes (IRHT, un laboratoire de recherche du CNRS spécialisé dans les textes médiévaux), la Bibliothèque Nationale de France (BnF) et la Ville de Chartres.


Sous la direction de Dominique Poirel et de Claudia Rabel, chercheurs à l'IRHT, l'objectif affiché est de rendre accessible et lisible le contenu des manuscrits dans lesquels figurent des documents rares, comme un ouvrage de Thierry de Chartres sur les Arts Libéraux au 12e siècle.


A ce jour, 68 manuscrits ont été traités à Bussy Saint Georges, dans les locaux de la BnF,  et pour continuer cette restauration, la Ville de Chartres a embauché deux restauratrices en novembre dernier, Patricia Vergnet et Estelle Veiga.


Chartres.fr a pu suivre le travail de ces deux restauratrices.


Durée : 5'10

Rechercher une vidéo

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour en savoir plus, cliquez ici.