Votre ville - Découvrir Chartres

Sakurai (Japon)

Située près d'Osaka, dans la préfecture de Nara, la ville de Sakuraï a une longue histoire ainsi que l'attestent les traces de civilisations anciennes datées du 2e au 6e siècle éparpillées dans la ville.


La ville chère au cœur des Japonais

Au Moyen Âge, Sakuraï est un bourg proche des temples shintoïstes et bouddhistes, animé de nombreuses activités culturelles et commerciales. Elle joue plus tard le rôle de ville d'étape pour les voyageurs.


Les spécialités de la ville, réputées dans tout le pays, sont le bois et les vermicelles japonais.

L'origine du mot Sakouraï

Le nom de Sakuraï tire son origine du puits Sakura-no-i situé dans Oaza tani.

Un de ses sujets offrit respectueusement une coupe de saké à l'empereur alors que celui-ci participait à une fête sur un bateau en compagnie de l'impératrice. A ce moment, des pétales de cerisier seraient tombés dans la coupe de l'empereur. Celui-ci, ayant trouvé le fait surprenant, demanda où les fleurs s'étaient épanouies. C'était sur le mont Wakigami-muroyama. L'empereur fit transplanter le cerisier aux abords de la fontaine d'eau pure de Tominosato. La tradition dit que c'est là l'origine du nom Sakuraï.

A voir

 

Omiwa–jinja (temple shintoïste)

 

On dit qu'il s'agit du temple le plus ancien du Japon. Fondé en l'honneur du mont Miwa, il vénère la divinité Oomononushi–nookami que les fabricants de saké du Japon tout entier reconnaissent comme la déesse de la fabrication du saké. Les pèlerins sont nombreux à visiter ce temple, en particulier le 1er et le 15 de chaque mois.

 

 

 Hasé-déra (temple bouddhiste)

 

Ce temple est un ancien lieu célèbre de pèlerinage. Quelque cinq cent mille personnes viennent chaque année des quatre coins du pays afin de prier la statue en bois de Juichimén-kannon bosatsu.

Le temple conserve le Doban-hokkésesso-zu, gravure sur cuivre représentant la méthode de prédiction d'une secte bouddhiste.

Dans l'enceinte du temple fleurissent quelques sept mille souches de pivoines qui en font la renommée dans tout le Japon.

 

 

Abé-monzyuin (temple de Manjusri)

 

Le bouddha de ce temple, célèbre en tant que bodhisattva de la sagesse, est l'un des plus importants du Japon. Les gens y amènent leurs enfants prier avant de passer leurs examens.

 

 

Hashihaka-kofun

 

C'est un tumulus géant (4e ou 5e siècle), d'une longueur totale de 272 m. D'après la légende, il serait le tombeau d'une princesse et pour le construire, les hommes auraient travaillé pendant la journée et les divinités pendant la nuit.

 

 

Katayakeshi

 

Cet endroit est le berceau du Sumo. Deux lutteurs d'une grande popularité, et Taimano-kéhaya y ont rivalisé dans un tournoi devant l'empereur il y a environ deux mille ans.

 

 

Maître Sadaïchi Gassan « trésor national vivant »

 

Reconnu comme l'un des plus grands forgeurs de sabres japonais de notre temps, en particulier dans le domaine de la sculpture sur les lames, Maître Sadaïchi Gassan fut classé en 1971 « trésor national vivant ».