Actualités de la Ville de Chartres

Outils et services

Outils et services

Comprendre, découvrir et transmettre : portrait de Gilles Fresson

Gilles Fresson marchant dans la rue des Écuyers à ChartresCulture

29 juillet 2022

L'historien et guide conférencier Gilles Fresson fait partager ses insondables connaissances et sa fascination pour la cathédrale dans ses visites immersives.


Tous ceux qui ont eu la chance de suivre l'une des visites guidées de Gilles Fresson, à l'intérieur ou à l'extérieur de la cathédrale, savent à quel point l'homme est habité par les lieux. Cette fascination remonte à l'enfance. « Passionné d'Histoire, j'habitais encore à Viroflay, près de Versailles, quand j'ai commencé à lire des livres sur la cathédrale. Et quand je suis arrivé à Chartres, vers l'âge de 8 ans, elle m'était déjà familière. »

Gilles n'avait que 15 ans quand il a écrit son premier article « scientifique » sur le labyrinthe de la cathédrale, jugé suffisamment sérieux pour être publié dans la revue Notre-Dame de Chartres.

Rentrer dans la tête des bâtisseurs

Historien, consultant expert en Patrimoine et Tourisme et guide conférencier, Gilles revendique son rapport « multiforme » à la cathédrale.

« J'ai toujours tenté de comprendre ce qui a pu être, ce qui s'est passé, ce qu'on a voulu faire. J'essaye de rentrer dans la tête des bâtisseurs, de considérer l'édifice à travers les yeux d'un homme du XIIIe siècle. Il y a de multiples manières justes et pertinentes d'aborder la cathédrale pour en saisir l'âme. Un architecte, un philosophe pur ou un artisan travaillant à sa restauration ont chacun des informations passionnantes et complémentaires à partager. Malgré tout ce qui a été écrit, il y a encore beaucoup à découvrir. »

Lui-même a fait d'étonnantes découvertes. « Je suis assez fier par exemple d'avoir révélé que les portails sont liés à d'authentiques représentations théâtrales. Pour mieux comprendre le labyrinthe, une statue, un vitrail ou tout autre élément, il faut savoir à quelle célébration ils sont associés. »

Cette cathédrale est apaisante

« J'apprécie autant la recherche de pointe que le contact des gens, avoue Gilles Fresson. Je prends plaisir à réfléchir à la meilleure façon de transmettre mes connaissances. Si je parviens à faire comprendre aux visiteurs les enjeux intellectuel, technique et humain de la cathédrale, alors je suis satisfait parce qu'ils repartent avec un petit plus à l'intérieur d'euxmêmes. »

« Au-delà de la recherche et de la réflexion, je peux aussi ressentir des émotions « brutes » en contemplant les variations de couleurs des vitraux à différentes heures du jour… Cette cathédrale, qui reproduit les proportions du corps humain, est apaisante. Elle entre en harmonie avec nous, elle nous duplique, elle nous prolonge, dit joliment Gilles, qui se souvient avoir entendu l'une des plus belles phrases sur la cathédrale de la bouche d'une fillette s'adressant à sa maman : « Le tailleur sculptait la pierre, le verrier sculptait la lumière et l'organiste sculptait le vent ».

Glaneur de patrimoine

Si Notre-Dame de Chartres prend beaucoup de place dans sa vie, Gilles s'est mué par ailleurs en glaneur de patrimoine. « À la demande des élus, et pour les besoins d'une rubrique du magazine Votre Agglo de Chartres métropole, je vadrouille dans la campagne environnante pour dresser l'inventaire des richesses. Ma mère est d'origine beauceronne, c'est mon terroir. Je m'écarte un peu de la cathédrale pour aller explorer la diversité du petit patrimoine rural. En arpentant rues, chemins et sentiers, je découvre et étudie quantité de pépites, parfois méconnues des habitants du cru. C'est un exercice passionnant. »

De ses excursions, lui est venue l'idée de militer pour la réhabilitation des chemins de campagne délaissés, « qui pourraient donner lieu à des circuits de randonnée. »


Trois des cinquante détails de la cathédrale sélectionnés et commentés par Gilles Fresson

Dans le cade de l’opération « M’avez-vous VUE ? ».

Moutons de l’Annonce aux bergers. Portail royal. Vers 1145. (Photo : G. Fresson Rect. Cath.)

9. Moutons de l’Annonce aux bergers. Portail royal. Cathédrale de Chartres

Il est rare de voir un tel sens graphique – qui sait trouver l’essentiel – doublé d’un pareil humour. Il y a dans ces moutons quelque chose du dessin animé et de la peluche du XXIe siècle.

Visage de saint Jean Baptiste. Portail nord. Vers 1210. (Photo : F. Delauney)

20. Visage de saint Jean Baptiste. Portail nord. Cathédrale de Chartres

L’une des plus sculptures les plus « fortes », a-t-on parfois écrit, de l’époque médiévale, qui ouvre une nouvelle page de l’art, au travers d’un surplus d’émotion.

Le Christ appelant Nathanaël sous le figuier. Vitrail des apôtres. Vers 1220. (Photo : G. Fresson Rect. Cath.)

45. Le Christ appelant Nathanaël sous le figuier. Déambulatoire, position axiale. Cathédrale de Chartres

Cette belle scène, issue de l’Evangile, insiste sur deux faits : le lieu de la rencontre et le regard échangé. On notera l’ultra-réalisme du figuier au tronc tortueux.

Téléchargez gratuitement l'application Chartres

Cliquer pour accéder à Google Play (nouvelle fenêtre)

Cliquer pour accéder à l'App Store (nouvelle fenêtre)

Rejoignez-nous

Facebook – Ville de Chartres     Twitter – Ville de Chartres

YouTube – Ville de Chartres    Instagram – Ville de Chartres