Actualités de la Ville de Chartres

Outils et services

Outils et services

Zone commerciale – Cœur de ville : un mariage de cœur et de raison

Guillaume Bonnet, adjoint en charge du Commerce et référent du programme PNE, Juliette Pichot, présidente des Vitrines C’Chartres, Nathalie Casalino, développeuse du commerce au sein des Vitrines C’Chartres, et Martine Mokhtar, conseillère municipale déléguée aux Relations avec les commerçants et artisansCadre de vie

11 janvier 2023

La création de zones commerciales obéit à de strictes règles, justifiées par le besoin de ne pas créer d'anarchies dans les territoires, au risque de déstabiliser des bassins de vie.

En l'occurrence, la future nouvelle zone commerciale du Plateau Nord-Est (PNE) ne sera pas une création, mais une relocalisation de surfaces déjà existantes. Juliette Pichot, présidente des Vitrines C'Chartres, association de commerçants chartrains et de l'agglomération, nous en livre des clefs de compréhension.


Votre Ville : Brièvement : qu'est-ce que cette zone commerciale apportera de plus que l'actuelle zone de la Madeleine ?

Juliette Pichot : Tout d'abord, de la modernité et du confort, pour les clients comme pour les commerces. Elle constitue aussi l'occasion de rebattre les cartes puisqu'on sait que toutes les enseignes n'ont pas forcément envie de se maintenir de la même façon. Certaines vont réduire leur surface de vente, d'autres vont l'augmenter, ce sera aussi l'occasion d'en accueillir de nouvelles.

La complémentarité zone commerciale – cœur de ville

VV : Mais qu'en est-il d'un risque de concurrence avec le cœur de ville ?

JP : Nous avons bien identifié ce risque, et c'est justement ce qu'il faut éviter. Le cœur de ville chartrain est dynamique, il faut le préserver. C'est pourquoi ce projet est construit dans une logique de complémentarité entre les grandes enseignes, les commerces de centre-ville et ceux de proximité des quartiers.

Cela étant dit, il faut concevoir que l'est chartrain a besoin de ce renouvellement de grandes enseignes pour conforter le dynamisme et l'attractivité de l'ensemble du territoire. Nous savons en effet que les grands centres commerciaux de la région parisienne, Parly2, Vélizy, Plaisir et les autres, drainent une clientèle qui vient de loin, et nous n'y faisons pas exception. Or, beaucoup de ces grands magasins, qui se distinguent des nôtres par leur domaine d'activité et leur niveau de gamme, sont absents de notre territoire. Certains y étudient une implantation, mais sans la concrétiser par manque de surface disponible, ou parce que nos standards ne leur correspondent pas.

Cette future zone commerciale a donc aussi cette vocation : monter en gamme et redistribuer de la surface disponible, et ainsi lutter contre cette « évasion commerciale ».

Et c'est là que la complémentarité zone commerciale – cœur de ville est extrêmement intéressante : il est notoire qu'une partie de cette clientèle de la frange Yvelines préférera venir faire ses achats à Chartres, pour bénéficier en même temps de l'attrait de notre cœur de ville, avec son patrimoine, ses jolies rues, ses restaurants et terrasses, plutôt que de s'enfermer dans des parcs commerciaux sans charme.

Ce n'est pas une hypothèse : ce phénomène, nous l'observons depuis de nombreuses années, et notamment au moment des fêtes. Beaucoup aiment venir faire leur shopping dans nos petites boutiques.

Un lien dynamique avec le cœur de ville

VV : Pourquoi ne pas essayer d'implanter directement ces grandes enseignes dans le cœur de ville ?

JP : Pour une raison très simple, c'est qu'elles ont besoin de grandes surfaces d'exposition, d'accès et d'aires logistiques adaptés, ce que n'offrent pas notre cœur de ville et ses rues piétonnes étroites.

Nous pouvons imaginer de fusionner de petites surfaces commerciales vacantes en une grande, comme la Ville l'a fait pour le Go Sport des Épars, mais nous devons prendre soin de ne pas dénaturer le cœur de ville en multipliant trop ce type d'opération.

Et n'oublions pas non plus que le cœur de ville affiche complet !

VV : Mais comment encourager les clients à passer ensuite de la zone commerciale au cœur de ville ?

JP : Pour cela, il faut que le déplacement ne soit pas rébarbatif, qu'il soit même incitatif. Hors de question que cela se fasse systématiquement en bougeant sa voiture d'un parking à un autre : cette façon de faire n'est plus de notre temps. C'est pourquoi le projet de BHNS prend tout son sens, de même que l'intention d'aérotram : un mode de déplacement, efficace lui aussi, avec qui plus est un aspect original, ludique, voire touristique.

Présentation du projet

En savoir plus sur le projet Plateau Nord-Est.

Téléchargez gratuitement l'application Chartres

Cliquer pour accéder à Google Play (nouvelle fenêtre)

Cliquer pour accéder à l'App Store (nouvelle fenêtre)

Rejoignez-nous

Facebook – Ville de Chartres     Twitter – Ville de Chartres

YouTube – Ville de Chartres    Instagram – Ville de Chartres