Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Février 2021

Tribune « Chartres Écologie »

L’IMPÔT LE PLUS INJUSTIFIABLE : LE MAIRE EST MANDATÉ PAR LES CITOYENS, PAS À LA SOLDE DES « AMÉNAGEURS »

Une réélection municipale, fût-elle la troisième, vaut-elle validation d’une politique urbanistique aventureuse ? L’équipe de M. Gorges, qui s’est affirmée championne de la fiscalité maîtrisée, trahit ses promesses moins de neuf mois après le scrutin. Réélue avec 17,8 % des électeurs, dans des conditions de pandémie qui devraient l’inciter à l’humilité, elle opte pour la posture contraire : elle fonce. A l’hôtel de ville et à la fabrique industrielle de repas, structures inachevables malgré les injections de millions, elle persiste à ajouter son « Zénith » et son parc des expos ! Faute d’argent pour alimenter ces investissements et empêché d’emprunter pour cause de dette, elle assujettit tous les propriétaires et les entreprises de l’agglomération à la taxe foncière additionnelle de 7,5 %, qui équivaut, en moyenne, à 200 à 250 euros d’augmentation d’impôt supplémentaire par an.

A s’attribuer 3500 euros de frais de représentation mensuels (même en cette période !) tout en taxant à tout-va, à ne vouloir rien entendre des protestations qui s’élèvent et à insulter ses opposants, le maire-président se condamne à gouverner contre la population qui l’a élu.

Gouverner pour le bien de tous, en respect des moyens financiers des particuliers comme de la Ville, consisterait, au contraire, à achever aussi bien que possible ce qui ne peut être arrêté, à débuter ce qui est vraiment utile (l’aménagement d’un auditorium pour le conservatoire), à stopper sans état d’âme ce qui ne correspond pas à nos capacités, ni à nos besoins, ceux-ci promettant d’être encore réorientés en raison de la situation sanitaire.

D’autres projets sont à financer pour répondre aux enjeux prioritaires :

  • établir un bilan de l’épidémie au niveau local, et dessiner des plans d’aide en moyens humains, sociaux et économiques ;
  • aménager une ceinture maraîchère, pourvoyeuse de produits sains en même temps que d’emplois nouveaux ;
  • penser et activer au plus vite un réseau de pistes cyclables dans l’agglo, pour répondre à l’attente de ceux qui sont prêts à se déplacer autrement - ce qui compléterait utilement la réglementation des 30km/h en ville.

Cette dernière mesure municipale exauce en ce début d’année le voeu que nous avions déposé en début de mandat et qui pourtant avait été rejeté avec mépris par le maire ! Imposée sans information, sans explication, sans préparation, avec un minimum de radars pédagogiques, la mise en oeuvre de cette règle illustre parfaitement l’autoritarisme dont le maire nous accuse pourtant sans cesse !

Pas d’impôt supplémentaire, pas un centime qui ne serve au bien commun !

Signez la pétition : www.change.org/stoplataxe

Plus d’info sur www.cactus.press et www.chartresecologie.fr

Contactez-nous : contact@remove-this.chartresecologie.fr

Brigitte Cottereau, Quentin Guillemain, Jean-François Bridet et Olivier Maupu


Tribune « Chartres à Gauche »

APRÈS LE TEMPS DES EMPRUNTS MASSIFS, VOICI VENIR LE TEMPS DE L’IMPÔT EXCESSIF !

Un nouvel « impôt communautaire » est instauré à partir de 2021 : une taxe de 7,5 % calculée sur la base imposable s’ajoutera au montant actuel de la taxe foncière. La décision a été prise lors du conseil communautaire du 17 décembre 2020, avec un vote loin d’être unanime : 29 conseillers communautaires, dont 14 maires, ont voté contre, et 14 se sont abstenus. Du jamais vu depuis la création de l’agglomération ! Les échanges ont été tendus, et les propos du président sont à relever : « je suis déçu… je m’en souviendrai… j’interprèterai le vote… ceux qui pensent que c’est meilleur ailleurs, ils peuvent y aller ! »…

Nous avons voté contre ce nouvel impôt qui n’avait pas été annoncé avant les élections du printemps 2020. C’est près de 10 millions d’€ de plus qui seront récoltés chaque année. Les propriétaires verront augmenter leurs taxes foncières d’environ 200 €. Les entreprises, les commerçants et les artisans sont mis aussi à contribution. Dans cette période difficile, cette décision est dangereuse.

Ce qui est vrai, c’est que depuis plusieurs années l’État réduit les dotations aux collectivités locales. Pour autant il s’engage à compenser la suppression progressive de la taxe d’habitation. Ce qui est vrai, c’est que l’endettement de la ville de Chartres est très important, que les dépenses vont grandissant pour achever les prestigieux projets décidés par la majorité en place. Ce qui est vrai surtout, c’est que le conseil communautaire fait payer aux communes rurales où il y a une plus forte proportion de petits propriétaires des hausses qui profiteront sans doute d’abord aux projets du maire de Chartres.

A quoi peut servir cette nouvelle ressource ? « A investir », répète le président de l’agglomération… Ce mot d’ordre « investir » ne cache-t-il pas d’autres raisons ? Comme le signifiait l’adjoint aux finances lors du débat d’orientation budgétaire, sans ressources supplémentaires, « nous ne serions pas en capacité de rembourser nos emprunts ». En matière d’investissements, il s’agit de projets déjà votés par le conseil communautaire (Hôtel de ville/agglo, complexe sportif et culturel, Chartrexpo, bus rapides…), quelques-uns contestés, moins en raison de leur utilité que des choix d’exécution et des coûts excessifs. Le constat : l’agglomération est maintenant dans l’incapacité de les financer.

On ne nous fera pas croire que ces difficultés n’étaient pas connues avant 2021 !

Les impôts sont nécessaires pour financer les investissements indispensables au développement des territoires, pour permettre aux collectivités locales d’assurer leurs missions de services publics et en garantir l’accès à tous. Or cette nouvelle taxe imposée sans concertation ni préparation met à mal la capacité des citoyens à les accepter, alors qu’ils devraient être une condition de solidarité sociale.

Jacqueline Marre : jacqueline.marre@remove-this.ville-chartres.fr

Boris Provost : boris.provost@remove-this.ville-chartres.fr


Tribune « Avec vous, osons Chartres autrement ! »

DES NOUVELLES MESURES SANITAIRES POUR CONTENIR ET PRÉVENIR LA PANDÉMIE - L’ESPOIR DE LA VACCINATION

Depuis notre dernière tribune du mois de janvier et la mise en place des mesures sanitaires arrêtées par le gouvernement à la mi-décembre, les premières données que nous avons montrent que nous avons pu passer des fêtes de fin d’année sans flambée épidémique. Ce résultat est également celui des comportements responsables de nos concitoyens que nous tenons à saluer. Cette épidémie est l’affaire de tous.

Face à cette épidémie, la France a fait un double choix :

  • Ne pas attendre pour décider d’un confinement adapté, dès la fin octobre et qui a produit un résultat fort et rapide dès le mois de novembre ;
  • Ne lever les mesures que partiellement et progressivement, en prolongeant la fermeture de nombreux établissements recevant du public, dans les domaines de la culture, du sport, des loisirs et de l’évènementiel, mais également les bars et les restaurants et en instaurant un couvre-feu à 20 heures, en vigueur depuis le 15 décembre.

Les résultats de cette stratégie nous placent aujourd’hui dans une situation plutôt favorable comparativement à certains de nos voisins européens, tant au niveau des taux d’incidence que des taux de positivité des tests. Néanmoins, la situation sanitaire reste fragile en raison d’une circulation toujours active du virus sur l’ensemble du territoire et d’autant plus avec l’émergence de nouvelles souches plus contagieuses du virus.

A ce stade, d’après le ministère de la Santé, la circulation de la souche variante reste limitée dans notre pays. Mais son potentiel de développement ne doit pas être sous-estimé. C’est pourquoi, il faut tout faire pour éviter qu’elle ne progresse rapidement et, du fait de sa plus grande contagiosité, qu’elle ne finisse par devenir la souche dominante, comme au Royaume-Uni.

Cette situation a donc conduit le gouvernement à prendre des mesures complémentaires dont l’extension à l’ensemble du territoire du couvre-feu à 18 h à compter de samedi 16 janvier. Cette mesure a, en effet, prouvé son efficacité sanitaire dans les départements de l’Est déjà sous couvre feu. La hausse des contaminations y a été 2 à 3 fois plus faible qu’ailleurs. Bien entendu, l’espoir de la sortie de cette crise sanitaire repose principalement sur les vaccins. Grâce à des efforts de recherche incroyables les vaccins sont là, la campagne de vaccination a donc pu débuter en fin d’année et va s’accélérer tout au long des semaines à venir. A l’échelle nationale :

  • Fin janvier, l’objectif d’1 million de personnes vaccinées devrait été dépassé
  • Depuis le lundi 18 janvier, 6,4 millions de personnes ont accès à la vaccination : les 75 ans et plus, 800.000 personnes à haut risque de forme grave sans limite d’âge.

Localement le personnel de la communauté d’agglomération de Chartres Métropole et de la Communauté professionnelle territoriale de santé du Pays chartrain ont débuté la vaccination lundi 18 janvier 2021, à 13 heures, à Chartrexpo où un centre de vaccination a été installé.

Cette vaccination se fait uniquement sur rendez-vous. Sur place, un médecin et deux infirmières sont présents en permanence. Plus nous serons nombreux à nous faire vacciner, plus vite nous pourrons retrouver une vie sociale normale. Nous sommes très reconnaissants de la forte mobilisation du personnel soignant pour faire de cette campagne de vaccination un succès et par là-même pouvoir sortir au plus vite de cette crise sanitaire. Nous tenons, ici même, à les remercier chaleureusement et leur témoigner tout notre reconnaissance.

Nous vous souhaitons un bel hiver. Prenez soin de vous et des vôtres !

Contacts :

Réseaux sociaux #avecvousosonschartresautrement :


Tribune de la majorité

NE NOUS LAISSEZ PAS SUCCOMBER À LA TENTATION…

Notre société a suffisamment de problèmes en ce moment pour éviter toute polémique supplémentaire. Nous entendons cette sentence pleine de bon sens dans les discours répétés de nos gouvernants. Mais leur autosatisfaction « sans masque » titillerait le plus vertueux. En effet, il ne suffit pas de répéter à demi-mot ou à pleine bouche que « nous sommes les meilleurs » pour que la phrase devienne réalité. Mais nous ne cèderons pas davantage à cette tentation polémique. Ayons quand même une pensée pour ceux qui en 2017 ont cru à l’avènement d’un « nouveau monde »…

Si nous devions céder à la tentation de la polémique, nous aurions aussi beau jeu avec nos oppositions de gauche. Et d’abord l’ancienne. Elle dénonce aujourd’hui l’impôt avec une virulence inédite : c’est simple, on dirait des ultras libéraux ! Ces gens-là ont la mémoire sélective : faut-il leur rappeler les présidents et les gouvernements qu’ils ont soutenus, leur frénésie fiscale et leurs discours sur « l’impôt citoyen »…

Nous n’avons pas oublié l’état dans lequel nous avons trouvé Chartres en 2001, sa situation financière sous « réseau d’alerte », c’est-à-dire sous contrôle attentif et permanent de la Préfecture comme de la Chambre Régionale des Comptes. Et une pression fiscale supérieure de 80% à celle de la moyenne des villes de taille comparable. Avec des équipements vieillots. Quand ils existaient.

Les Verts vous diront qu’ils n’étaient pas de ceux-là. Mais ils étaient pourtant leurs alliés électoraux, ils avaient même fusionné leurs listes en 2001. Ils siégeaient dans le même groupe d’opposition à notre politique de redressement, d’investissement et de baisse de taux d’imposition des Chartrains. Nous l’avons poursuivi pendant près de 20 ans consécutivement. L’ont-ils jamais soutenue ? Serait-ce ce sentiment de culpabilité partagée qui a poussé leur tête de liste l’an dernier à quitter le Conseil Municipal, à peine élue ?

Mais foin de polémique inutile. Ils ne changeront pas. Ils ne changeront jamais. Donneurs de leçons ils ont toujours été, donneurs de leçons impénitents ils resteront. Avec eux, soyez sans crainte, pas de danger qu’une jurisprudence Duhamel, DSK et Cie ne les conduise à davantage d’humilité.

À bon entendeur…

Les Élus de la majorité municipale