Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Votre mairie – Ses grands projets

Février 2022

Tribune « Chartres Écologie »

FAIRE VIVRE LE LIEN SOCIAL DANS NOTRE VILLE.

La crise sanitaire a encore fortement pénalisé les seniors de notre ville : repas de fin d’année supprimés ou tenus en tout petit comité, sorties annulées, le gala Enrico Macias une fois de plus reporté… La faute à ce fichu virus direz-vous…

Mais le même scénario s’est déroulé l’an dernier. Et comme l’an dernier, aucun plan B n’a été déployé par la ville. Les inscrits au gala ont été invités à venir tout de même à ChartrExpo chercher leur boîte de chocolats… Maigre consolation !

Les plus de 75 ans sont plus de 4 400 à Chartres (source INSEE 2018) et les 60/74 ans, plus de 6 000 (au total 28 % de la population, seulement 22 % il y a 10 ans). Alors, effectivement, on ne peut pas improviser des actions pour plus de 10 000 personnes mais faut-il concentrer ainsi les efforts sur de grosses manifestations ?

Les projets menés dans d’autres collectivités montrent que des actions qui créent du lien social, de la convivialité, des occasions de rencontrer les voisins sont très appréciées, plus peut-être qu’un vaste rassemblement autour d’un grand spectacle, d’un grand banquet où, bien souvent, on ne peut pas se parler tant il y a de monde et de bruit.

Se rencontrer, dans son quartier, autour d’un jeu, d’un goûter, d’une lecture, d’un débat… voilà des vrais moments de partage mais pour cela des moyens humains sont nécessaires pour initier et organiser ces actions…

Or l’effort ne semble pas mis sur les effectifs du CCAS : la subvention accordée en 2021 par la ville au CCAS a été réduite en fin d’année car les coûts de personnel ont été plus faibles que prévus (- 118 000 €). Si l’équipe des agents du CCAS est motivée, jamais à court d’idées et notamment entoure très bien les 26 résidents de l’EHPAD Marcel- Gaujard et la centaine d’habitants des 2 résidences autonomie, en y organisant notamment des activités originales (en 2021, immersion de la compagnie de théâtre Cavalcade avec création d’un spectacle, réalisation de portraits, concours de grimaces…), un renfort serait certainement très utile pour développer des actions dans tous les quartiers. On pourrait imaginer des spectacles (contes, concerts, cirque…) ouverts à tous les publics où les seniors auraient la joie de côtoyer des familles, des enfants. Rien d’inimaginable, rien d’inaccessible. Mais cette politique serait sans doute moins médiatique…

On avait déjà compris que l’action sociale n’était pas la priorité de M. Gorges… Nous en avons eu récemment une nouvelle preuve. Il avait délégué la vice-présidence du CCAS à l’un de ses adjoints, Ladislas Vergne. Mais après lui avoir retiré ses délégations sans pouvoir expliquer en quoi il avait démérité dans l’exercice de son mandat, il l’a également exclu du CCAS. En attendant qu’il puisse être remplacé, M. Gorges a été contraint de venir présider une réunion du CCAS. Jamais un ordre du jour n’a été aussi vite expédié, en dépit de son importance : 31 délibérations, une décision modificative du budget, le débat d’orientation budgétaire. Quel manque de considération pour les agents ayant préparé la réunion et pour les membres du CCAS… Souhaitons retrouver en 2022 une nouvelle vice-présidence au CCAS pour qu’un travail constructif puisse reprendre. Il y a tant à faire pour rompre l’isolement et faire vivre le lien social.

Quentin Guillemain, Brigitte Cottereau, Jean-François Bridet et Olivier Maupu

Site : www.chartresecologie.fr

Courriel : contact@remove-this.chartresecologie.fr


Tribune « Chartres à Gauche »

LE GROS MOT.

Quand la majorité municipale arrive à bout d’arguments et ne sait plus par où s’en prendre à la gauche, elle sort son gros mot : tout ce que propose la gauche, c’est de l’idéologie ! Par exemple la gratuité comme outil de démocratisation ou de protection de l’environnement ? Un leurre idéologique pour rançonner le contribuable ! Les services publics et l’emploi public comme socle de solidarité et d’égalité ? Une vieille rengaine de l’idéologie collectiviste ! L’accueil bienveillant des migrants fuyant la misère et la guerre ? Le fruit d’une idéologie humaniste irresponsable !

Il y aurait d’un côté l’idéologie, de l’autre les faits, la réalité, et les évidences du « bon sens ». La droite en serait le garant : elle saurait comment agir, elle n’aurait pas d’idéologie. Eh bien si, et même toute une panoplie !

- Le principe du libéralisme dominant : investir, c’est travailler dans l’intérêt général. Or nous voyons bien qu’aujourd’hui les profits des entreprises du CAC40 s’envolent alors qu’une grande partie de la population est dans une situation de plus en plus difficile.

- La croyance que chacun est responsable de ses échecs. Ce serait perdre son temps que de favoriser ceux qui n’ont pas la rage de la réussite, il vaut mieux aider ceux qui deviendront forts et ignorer ceux qui subissent les injustices.

- L’idée que la répression est une forme efficace de prévention, et qu’il vaut mieux de la vidéosurveillance que des éducateurs.

L’on comprend bien qu’il n’y a pas d’un côté l’idéologie, de l’autre la réalité, mais plusieurs logiques politiques différentes qui s’affrontent radicalement car elles ne servent pas les mêmes intérêts. La logique de la droite ne paraît « naturelle » que parce qu’elle est aujourd’hui l’idéologie dominante d’une classe dominante : la grande bourgeoisie financière, et ses énormes moyens, politiques et médiatiques.

Avons-nous déjà vu que la gratuité (des routes, des transports en commun, de certaines places de parking, des équipements culturels…) soit contestée par les citoyens parce qu’elle les appauvrirait ? Organisée avec l’argent public, elle est un instrument de justice sociale, de redistribution qui permet à tous l’accès aux biens essentiels … et qui rapporte, puisqu’elle permet de mieux vivre au jour le jour ! Au contraire privatiser pour rentabiliser, jusqu’où cela peut-il aller ? Jusqu’à faire payer l’air qu’on respire ?

Souvenons-nous aussi qu’il y a parfois des porosités idéologiques dangereuses dès lors que la droite se lâche : l’actualité nous en donne des exemples inquiétants !

Les Chartraines et les Chartrains peuvent compter sur nous pour montrer les conséquences de l’idéologie de la majorité municipale sur la vie quotidienne des quartiers, et continuer le combat politique pour une ville sociale, écologique, démocratique.

Jacqueline Marre :jacqueline.marre@remove-this.ville-chartres.fr

Boris Provost :boris.provost@remove-this.ville-chartres.fr


Tribune « Avec vous, osons Chartres autrement ! »

12 MOIS DE TRAVAIL CONSTRUCTIF À VOTRE SERVICE !

Nous souhaitons à l’occasion de cette tribune vous renouveler nos meilleurs voeux pour cette année 2022 et adresser nos sincères remerciements aux pouvoirs publics, aux professionnels de santé, aux bénévoles de notre territoire qui oeuvrent chaque jour pour continuer à faire de cette campagne de vaccination un succès et sauver des vies.

Le Conseil municipal du mois de janvier ayant été reporté au mois suivant, il nous est offert l’opportunité, à l’occasion de cette tribune, de faire une petite synthèse de l’activité de vos élus Avec vous, osons Chartres autrement ! de ces 12 derniers mois.

Comme vous le savez, nous nous sommes engagés, et ce depuis le début de la crise sanitaire, à soutenir les commerçants, restaurateurs, cafetiers. Aussi, nous avons logiquement soutenu en Conseil municipal la mesure visant à réduire le tarif des droits relatifs aux terrasses, présentoirs et étalages fixes, tout comme nous avons encouragé l’initiative « Le Village des restaurateurs ». Des mesures bienvenues après des mois difficiles pour nombre de commerçants !

Dans cette même veine positive nous avons voté favorablement la Convention d’Opération programmée d’amélioration de l’habitat – Renouvellement urbain Coeur de ville de Chartres avec le concours de l’État et de l’Agence nationale de l’habitat. Elle comporte, en effet, de nombreux projets qui permettront de lutter efficacement contre la vacance et la dégradation des logements et des commerces mais plus encore elle permettra d’accueillir de nouveaux habitants.

Par ailleurs, dans l’optique de redynamiser l’offre d’hébergement des jeunes et du tourisme en plein air, nous avons également encouragé la proposition de reprendre en quasi-régie la gestion de l’auberge de jeunesse et du Camping municipal des Bords de l’Eure. Ces structures nécessitent en effet de nombreux travaux de remise en conformité et/ou d’amélioration du confort. Cela permettra de promouvoir et de développer l’offre et l’attractivité touristique de notre belle ville de Chartres !

Au cours de cette deuxième année d’exercice, nous n’avons rien lâché et nous persisterons sans relâche, tout au long de ce mandat, au regard de la fiscalité locale. En effet, en décembre 2020 nous avions exprimé notre vive opposition à la création d’une taxe additionnelle (7,5 %), à l’échelle de l’agglomération, sur le foncier bâti. 2021 aura été l’occasion pour les élus de la liste Avec vous, osons Chartres autrement ! de témoigner, à nouveau, de leur vive opposition à l’augmentation de la fiscalité locale en votant contre. À l’heure où de nombreux français et de nombreuses entreprises étaient et sont impactés par la crise sanitaire cette taxe nous semble tout à fait contreproductive !

Dans cette même logique, et en cohérence avec nos engagements de campagne, nous n’avons pas soutenu les résolutions soumises au vote lorsqu’elles concernaient les projets du Pôle Gare et du Parc des expositions.

Pour clôturer ce bilan nous souhaitons revenir sur notre tribune du mois dernier qui entendait alerter sur les problèmes de circulation à Chartres à la suite de nombreux changements engagés en la matière ces derniers mois : passage à 30 km/h, suppression de feux de signalisation, passage à sens unique.

Force est de constater que cette alerte n’a pas été du goût du Conseil municipal, qui nous a adressé une réponse somme tout assez dédaigneuse. Ce n’est pas grave, nous n’en avons cure, cette alerte est l’expression de Chartraines et Chartrains qui nous ont exprimé leurs inquiétudes et nous nous devions de la partager.

Être dans l’opposition c’est avant tout être garant de l’intérêt général, défendre des idées et/ou des projets, dans un état d’esprit constructif.

Nous vous souhaitons un beau mois de février !

Contacts :

Réseaux sociaux #avecvousosonschartresautrement :


Tribune de la majorité

COMMENT L’ÉTAT S’ENRICHIT.

Il nous prend l’envie d’avoir l’ironie mordante, à voir nos opposants de tous bords nous donner des leçons de fiscalité, à les entendre clamer, la main sur le coeur, leur attachement au pouvoir d’achat des Chartrains et des Français, etc.

Vous savez que ce sont les mêmes qui ont soutenu et soutiennent des gouvernements qui battent des records en la matière. Nous ne détaillerons pas ici les coups de massue du précédent pouvoir. Mais l’actuel suit la même pente, quoi que de façon plus dissimulée. Ses représentants locaux brandissent, il est vrai, la suppression de la taxe d’habitation. Ils oublient de vous dire qu’un tiers des Chartrains ne la payaient pas. Toutes les études montrent d’ailleurs que la fiscalité des Français, et donc des Chartrains, n’a cessé d’augmenter depuis 5 ans.

Car il faut bien financer ces « cadeaux », et leur compensation (très avaricieuse) auprès des collectivités locales dont on a en outre brisé l’autonomie fiscale. Celle qui nous avait permis de baisser vos impôts locaux pendant 20 ans. En effet, l’impôt est progressif quand la taxe est générale. Et donc tous les Chartrains supportent la hausse vertigineuse du prix des carburants, et d’abord les plus modestes. Que nos opposants cessent au moins de se cacher derrière la hausse du prix du pétrole ! Car chacun sait bien que les taxes constituent 60 % du prix du litre à la pompe. Le constat est irréfutable : plus le prix du pétrole monte, plus l’État s’enrichit. Aux dépens du consommateur. C’est donc délibérément qu’il faut établir le lien entre la suppression de la taxe d’habitation et la hausse des taxes en tous genres. Et encore, si les Gilets jaunes n’avaient pas sonné la révolte, nos gouvernants avaient prévu d’augmenter chaque année la taxe sur les carburants. Où en serionsnous aujourd’hui ? La lutte contre le réchauffement climatique a là aussi bon dos !

Mais cette perversité fiscale ne s’arrête pas là. Quand on vous parle du retour de l’inflation, il faut comprendre que ce surcroît de hausse des prix est dû pour l’essentiel à la hausse du prix du carburant et à celle de l’énergie (électricité, gaz) qui affectent mécaniquement les coûts de production de toute l’économie, produits alimentaires compris.

Là encore, ce sont les contribuables qui sont perdants et le gouvernement qui se remplit les poches, malgré les petits chèques cadeaux et quelques réductions de taxes sur l’électricité… jusqu’au printemps au moins.

Suivez-nous bien : l’État emprunte aujourd’hui à 0,5 %. L’inflation est estimée entre 3 et 5 % selon les calculs, la dette accumulée vaut donc de moins en moins chère. L’État finance donc son endettement aux dépens des Français, de leur pouvoir d’achat (qui n’est pas indexé sur l’inflation) et de leur épargne. Ce pouvoir a donc objectivement intérêt à la reprise de l’inflation. Petite leçon en passant, pour tous ceux qui parlent de gratuité, émotion et compassion à la clé : il y a toujours quelqu’un qui paie. À commencer par les plus modestes, derrière le paravent des primes gratuites et des suppressions d’impôt… qu’ils ne payaient pas.

À bon entendeur…

Les Élus de la majorité municipale