Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Janvier 2021

Tribune « Chartres Écologie »

NOUVELLE TAXE FONCIÈRE : LE CADEAU DE NOËL DE JEAN-PIERRE GORGES

Une dette aggravée pour des équipements surdimensionnés : voilà ce qu’ont promis les élus gorgiens, au cours du long débat d’orientation budgétaire, dans la nuit du Conseil communautaire, du 17 au 18 décembre. Le président de Chartres Métropole poursuit ses projets démentiels, nous envoyant dans le mur. Sachant que l’endettement de l’Agglomération atteint en cette fin 2020, 305 M€, et donc le ratio limite de désendettement de 12 ans qui fait risquer à une collectivité la tutelle de la Préfecture, ce président nous entraîne dans sa spirale. 245 M€ d’investissement sont allègrement programmés pour la période 2021-2023.

Si l’investissement est indispensable notamment dans le domaine de l’assainissement ou du renouvellement du parc de bus, d’autres relèvent d’un luxe insensé : le nouveau parc des expositions (32,60 M€), le Pôle gare et son complexe culturel et sportif (63 M€), une maison de la cosmétique (8,30 M€), l’aérodrome (650.000,00 €).

Comment financer ? En foulant aux pieds les promesses de campagne de stabilité fiscale ! L’augmentation de la taxe foncière sera partout de 7,5 %. Après les maires des communes inquiets avec raison pour les ménages modestes, une telle décision enfonce un peu plus nos entreprises dans le contexte que nous connaissons : dans un courrier en amont du vote, 10 fédérations professionnelles appelaient à renoncer à cette mesure.

Malgré l’exploit de 29 élus qui s’y sont opposés (cf détails des votes sur cactus.press), et en dépit des menaces et du chantage de l’édile, chaque propriétaire de l’agglomération devra en 2021 s’acquitter de 150 à 200 euros supplémentaires.

Dans ce territoire vulnérable, menacé par la pollution et le manque d’eau, mais qui dispose de nombreux atouts non valorisés, la solidarité collective doit servir à se préparer au changement climatique, à permettre une agriculture de proximité, plus respectueuse de l’environnement, à créer des filières économiques nouvelles et développer des mobilités douces.

Ni naïfs, ni vaches à lait : Monsieur le Président, respectez vos électeurs, vos opposants, vos concitoyens !

Brigitte Cottereau, Quentin Guillemain, Jean-François Bridet et Olivier Maupu

Courriel : contact@remove-this.chartresecologie.fr

Site : www.chartresecologie.fr


Tribune « Chartres à Gauche »

FLUIDITÉS : DES ENNUIS AU DÉMARRAGE ?

« Voitures, circulez, vous allez bientôt être bloquées », c’est le nouveau slogan de certains quartiers chartrains !

Avec des embouteillages monstres, l’expérimentation du nouveau plan de circulation autour de la rue du Bourgneuf et des rues adjacentes est pour l’instant un échec. Nous en partageons pourtant beaucoup d’objectifs : 30 km/h en ville, on est d’accord. En parallèle, la suppression des feux de circulation est une mesure importante qui facilitera la fluidité ; mais elle n’est pas facile à mettre en oeuvre ; il faut de nouvelles habitudes de prudence pour les voitures, les deux roues et les piétons. Des rues à sens unique, pourquoi pas ? Des circulations douces, des vélos, de larges trottoirs, oui, nous souhaitons les développer. Mais s’il y a toujours le même nombre de voitures individuelles dans un sens et dans l’autre, la question de la quantité du trafic à un moment donné n’est pas résolue. L’urbanisation du quartier de la Roseraie, l’hyper densification des quartiers proches de la place Drouaise impactent nécessairement le réseau de mobilités, déjà limité. Mettre des immeubles dès qu’il y a un terrain de libre, ça pose forcément des problèmes de circulation. Et on ne peut pas créer de nouvelles routes partout.

Il a manqué un moment essentiel dans la phase de conception : la consultation et l’écoute des usagers. Il ne suffit pas de présenter en réunion de quartier un dossier ficelé par les élus en responsabilité, même si celui-ci est annoncé comme expérimental. On revient rarement en arrière. Une réelle participation des habitants, très tôt, aux projets politiques de la municipalité et aux propositions des techniciens spécialistes, aurait certainement permis de comprendre les attentes, de partager les orientations, de corriger des analyses, d’éviter des erreurs, de laisser le temps de la réflexion… et à la fin de valider un plan de circulation en prise avec les réalités de la vie quotidienne des habitants. (A noter qu’en tant qu’élus de l’opposition nous avons eu une présentation succincte et rapide du projet peu de temps avant sa mise en oeuvre…)

Ce que beaucoup de Chartrains redoutaient est arrivé : engorgement de la rue de Fresnay.

L’adjoint chargé du dossier a essayé d’éteindre l’incendie, avec quelques corrections. Mais enfin, y avait-il urgence à expérimenter ce plan ? À cause des nombreux travaux (gare, rocade) le calendrier pour son lancement était peut-être aussi mal choisi. De plus, tant que dure la crise sanitaire,
la densité des déplacements reste inférieure à la normale !

Revendiquons alors une vraie politique chartraine des déplacements automobiles, des transports en commun et des mobilités douces, en concertation avec la population. On ne peut pas traiter ces trois sujets séparément. Il y a beaucoup à faire. Alors c’est tous ensemble qu’il faut engager l’avenir sur ces questions majeures.

C’est un de nos voeux pour 2021 : davantage de vie démocratique directe.

Bonne et active année à tous.

Jacqueline Marre : jacqueline.marre@remove-this.ville-chartres.fr

Boris Provost : boris.provost@remove-this.ville-chartres.fr


Tribune « Avec vous, osons Chartres autrement ! »

SOLIDARITÉ AVEC NOS COMMERÇANTS INQUIÉTUDE SUR L’AUGMENTATION DE LA FISCALITÉ LOCALE

Après l’interruption de nos travaux du fait de la situation sanitaire et des mesures qui en découlaient, ce mois de décembre aura connu une activité municipale/agglomération dense. A cette occasion, nous avons réaffirmé notre soutien aux commerçants en votant favorablement une proposition autorisant l’ouverture à titre dérogatoire de 12 dimanches au cours de l’année 2021.

Ce vote vient dans la continuité du courrier que nous avions adressé à monsieur Griset, ministre délégué en charge des Petites et Moyennes Entreprises, et ce dès les annonces de reconfinement en date du 30 octobre 2020.

En ces temps difficiles pour nos commerçants et indépendants, il nous faut être responsables et unis en leur apportant tout notre soutien.

Au programme de ce mois de décembre, nous avons, par ailleurs, été amenés à nous prononcer au regard de la création d’une fiscalité additionnelle à l’échelle de Chartres Métropole, dès 2021. Le taux proposé de cette taxe sur le Foncier des Propriétés Bâties (TFPB) est de 7,5 % pour une ponction fiscale proche de 10,7 millions d’euros.

Nous nous étions engagés pendant notre campagne, à l’instar d’ailleurs d’autres candidats, à ne pas augmenter les impôts, c’est donc fort logiquement que nous avons voté contre la création de cette taxe.

Jusqu’à début décembre, rien ne laissait présager une telle hausse. A l’heure où de nombreux français sont impactés par la pandémie et la crise économique qui en découle, cette nouvelle taxe locale va peser sur le pouvoir d’achat de nos concitoyens et la compétitivité de nos entreprises, ralentir la reprise et, finalement, peser sur le dynamisme des recettes fiscales existantes. Un véritable contre-sens économique et la double peine pour les habitants de notre agglomération : à la crise sanitaire et économique s’ajoute désormais une taxe locale de plus à payer ! Nous ne pouvons pas cautionner l’argument qui laisse supposer que pour stabiliser durablement les ressources face à la réforme de la Taxe d’habitation nous n’avons d’autre choix que de nous résoudre à instaurer une taxe sur le foncier des propriétés bâties.

Nous tenons à rappeler ici même que la Taxe d’habitation est compensée à l’euro près par l’État et que la Dotation globale de fonctionnement est quasi-stable chaque année depuis 3 ans (-0.7 %). Pas de possibilité de se défausser de ses responsabilités de ce côté-là donc ! Chacun devra assumer sa décision : avoir rayé d’un trait des années d’efforts de maîtrise fiscale pour financer des projets dispendieux et discutables !

Bien entendu, nous sommes conscients de l’importance d’investir pour l’attractivité de notre territoire. Pour autant, il existait une autre alternative, sans augmenter les impôts.

En effet, nous aurions pu baisser les dépenses sur d’autres postes budgétaires. Même si ce sont deux postes différents, nous aurions pu revoir à la baisse certains investissements, en les fusionnant, en les redimensionnant, ou encore en les décalant dans le temps et dégager, de facto, plus de marge de manoeuvre dans l’immédiat.

Nous sommes inquiets de ce que l’avenir nous réserve. Quelle sera la marge de manoeuvre de la future génération ? Sans compter les difficultés rencontrées dans les mois à venir par nombre de nos concitoyens au regard des conséquences de cette crise sanitaire. Alourdir la fiscalité locale nous semble à contre-courant de ce qu’il aurait fallu faire.

Malgré cette période bien morose, nous tenons à vous souhaiter, ainsi qu’à vos proches des fêtes de fin d’année aussi chaleureuses que possible. Prenez soin de vous, respectez les gestes barrières. Toutes nos pensées vont vers vous !

Contacts :

Réseaux sociaux #avecvousosonschartresautrement :


Tribune de la majorité

LA VERITE BLESSE

Les collectivités locales et territoriales ont depuis toujours deux leviers fiscaux à leur disposition pour financer les services à la population, leurs investissements et leur fonctionnement : la taxe d’habitation et la taxe foncière. L’Etat y ajoute une dotation financière.

Le précédent pouvoir a réduit drastiquement cette dernière. C’était, disait-il, pour réduire son déficit et sa dette. Nos moyens financiers ont bien diminué. On sait ce qu’il est advenu des engagements de l’Etat. Premier marché de dupes !

L’actuel pouvoir, incarné en partie par les mêmes dirigeants, a supprimé la taxe d’habitation. Il nous a promis de la compenser à l’euro près. Nous ne chipoterons pas sur l’inflation qui rogne année après année la réalité de cette promesse. Mais tout le monde a compris que ladite promesse ne vaut que jusqu’à la prochaine élection présidentielle. Soit dans un an. Dans l’Histoire de France, ce sont toujours les contribuables qui tiennent les promesses des gouvernants. Il y a quelques mois, dans cette même tribune, nous vous faisions part d’une étude du journal économique Les Echos, qui estimait inévitable l’augmentation de la taxe foncière. Et ce même si les collectivités avaient réduit leurs dépenses de fonctionnement et consolidé leur gestion …

Nous y sommes. Et c’est chez nous la Communauté d’agglomération qui prend la décision douloureuse. Ne serait-ce que pour garantir que le produit de la nouvelle recette sera effectivement consacré à l’investissement et non au fonctionnement. Engagement valable jusqu’à la fin de l’actuel mandat, soit 2026. Le contribuable y perd une petite partie de ce qu’il a gagné par la suppression de la taxe d’habitation.

L’actuel pouvoir savait qu’en supprimant la taxe d’habitation il obligerait les collectivités à augmenter la taxe foncière. En effet, il n’était pas revenu sur l’amputation massive des dotations financières décidée par son prédécesseur. Nous avons perdu une jambe. Il nous rend une béquille comme une bénédiction…Deuxième marché de dupes ! Cela n’empêche pas ses partisans de voter ici contre l’augmentation de la taxe foncière et de pousser les hauts cris. C’est d’une hypocrisie absolue. Car le même gouvernement qu’ils soutiennent pousse aujourd’hui, Plan de relance à l’appui, les collectivités à s’endetter pour investir.

La gauche aussi votre contre, oubliant benoîtement qu’elle a créé la situation. Et qu’elle a voté comme un seul homme pour l’actuel pouvoir.

Les Verts aussi ont voté pour lui, même s’ils s’en défendent. Eux aussi nous vendent leur solution, qui prend la forme d’une résurrection des moulins à vent. Ils oublient de dire que ceux-ci sont déjà hors de prix : regardez votre facture d’électricité, et la hausse vertigineuse de la taxe verte qui s’y applique. Et celle-ci va continuer à augmenter. Mais personne n’en parle !

Alors oui, nous allons continuer à investir et achever ce que nous avons engagé, et qui figurait dans notre programme électoral. Les élus de notre majorité chartraine sont totalement solidaires de la politique menée par la Communauté d’agglomération. C’est la seule qui porte une vision d’avenir.

Bonne année à Tous

Les Élus de la majorité municipale