Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Votre mairie – Ses grands projets

Janvier 2022

Tribune « Chartres Écologie »

FACE AUX DÉRIVES IMMOBILIÈRES, ENSEMBLE, DÉVELOPPONS DES MOYENS D'ACTIONS

La Ville de Chartres connait, depuis quelques années, une explosion du nombre de permis de construire déposés pour des logements collectifs. Des immeubles de 3 ou 4 étages remplacent des maisons, entraînant souvent l'incompréhension des riverains soudainement privés de vue ou d'ensoleillement et la disparition d'importants espaces boisés et paysagers au coeur des quartiers.

Cette densification diffuse de la ville n'est pas maîtrisée, à cause d'un document d'urbanisme (le PLU) clairement mauvais, élaboré par l'équipe de la majorité. M. Gorges et son équipe, se servent du PLU comme d'un outil de destruction massive des qualités de la ville et de ses quartiers. Cette forte densification se traduit quotidiennement par de graves difficultés de circulation et de stationnement, mais aussi par l'amplification des risques (inondations, canicules) liés à la bétonisation. Les maisons et leurs jardins disparaissent dans tous les quartiers et les immeubles sont érigés au-dessus d'une dalle abritant les parkings. On stérilise la ville.

Ces 5 dernières années, les chiffres de l'INSEE parlent d'eux-mêmes : 20 maisons en moins et 1 000 appartements en plus dans notre ville. Les conséquences démographiques liées à cette politique : les familles quittent Chartres pour sa périphérie, à la recherche de maisons avec jardin. Seuls 17 % des logements chartrains abritent encore des couples avec enfants, et parallèlement, le vieillissement de la population s'accélère en atteignant des proportions vraiment inédites : la part des personnes âgées de plus de 60 ans est passée de 22 à 28 % en 10 ans.

Favorables à des solutions de densification douce, nous avons proposé, à plusieurs reprises mais sans succès, la révision du PLU pour réduire les possibilités de densification excessive dans les quartiers, protéger ce qui peut encore l'être et cibler des projets d'habitat sur des sites urbains à renouveler tels que d'anciennes friches, des bâtiments vétustes, etc…. La majorité préférant continuer le massacre de la ville, favorisant une prédation immobilière débridée aux conséquences environnementales et sociales dangereuses.

Où est l'intérêt général ?

C'est pour répondre aux sollicitations des Chartrains que l'association Chartres Écologie a organisé une conférence intitulée « Jardins en sursis » le mois dernier au Lycée Jehan-de-Beauce. Les échanges avec les nombreux habitants présents ont permis de développer des pistes d'action pour mieux connaitre et freiner ce processus.

Un outil est créé, en ligne sur notre site www.chartresecologie.fr : il s'agit d'une carte dynamique et collaborative de notre ville. Cette carte référence les projets immobiliers d'envergure autorisés par la majorité. Nous vous invitons à la découvrir, et à participer à la compléter au fur et à mesure de l'affichage des autorisations d'urbanisme près de chez vous. Le magazine Votre Ville n'informant plus des permis de bâtir accordés comme il le faisait auparavant, nous nous substituons à lui…

Dès lors que ces projets vous impactent ou dénaturent fortement des jardins et espaces verts, nous vous invitons à prendre contact avec nous. Ensemble, nous trouverons des solutions, nous partagerons les compétences et les moyens d'action qui ont fait leurs preuves dans certains cas, pour assurer une évolution urbaine plus sereine et ainsi préserver votre cadre de vie.

Très belle année 2022 à vous !

Quentin Guillemain, Brigitte Cottereau, Jean-François Bridet et Olivier Maupu

Site : www.chartresecologie.fr

Courriel : contact@remove-this.chartresecologie.fr


Tribune « Chartres à Gauche »

ROUTES OU AUTOROUTES : BIENS PUBLICS OU PROFITS PRIVÉS ?

La RN 154 traverse l'Eure-et-Loir du Nord au Sud, à partir de l'Eure jusqu'au Loiret et à l'autoroute A10 : l'achèvement de son passage à 2x2 voies, quelques kilomètres, est une nécessité pour la sécurité. Or l'actuel projet, initié en 2002, de la transformer en autoroute payante privée pose des problèmes techniques, écologiques et financiers. Ce projet a été déclaré d'utilité publique le 5-07-2018 pour une mise en service en 2027. Cependant les oppositions sont nombreuses pour plusieurs types de raisons.

Mobilité et sécurité

Le nombre d'échangeurs sera réduit et l'A154 n'irriguera pas le territoire comme le fait la N154 actuellement. Les automobilistes devront utiliser les routes de remplacement avec des complications d'itinéraires, un trafic augmenté, des temps de déplacements allongés, une sécurité remise en cause.

Coût pour les usagers et les collectivités

Une autoroute n'est pas gratuite.

Les tronçons (gratuits) à 2x2 voies ont déjà été payés par les deniers publics, donc l'impôt ; les transférer au concessionnaire reviendrait à les faire payer deux fois aux usagers contribuables. Tous les Euréliens ne pourront pas payer au quotidien la charge supplémentaire du péage.

Et malgré la concession privée, les collectivités locales, l'agglomération, le département, devront subvenir à l'équilibre financier de cette autoroute par des dizaines de millions d'euros, au détriment des actions sociales.

Environnement

La coulée verte de l'Eure, une réussite, est mise en avant régulièrement dans les publications de la ville et de l'agglomération pour ses attraits. Même le très officiel Projet d'aménagement et de développement durable de la communauté de communes insiste pour « valoriser la vallée de l'Eure comme espace de qualité » en confortant son rôle de « poumon vert ». La mise en concession autoroutière de la nationale 154 et du contournement Est de l'agglomération chartraine par un aqueduc est en contradiction avec cet objectif. L'environnement sera indéniablement dégradé : perte de terres agricoles (400 hectares), risques de pollution de la nappe phréatique et de l'air, atteintes à la biodiversité.

De plus l'autoroute passerait entre Champhol et Saint-Prest, à proximité de Gasville-Oisème, de quartiers résidentiels et du collège de 600 élèves.

Démocratie

Des habitants et des maires sont de plus en plus nombreux à s'opposer à ce projet. Plus de 5 000 signatures ont permis de saisir le Conseil économiques social et environnemental régional. D'autres choix sont possibles : travailler à une complémentarité des modes de déplacement pour renforcer l'offre publique ; restaurer la ligne ferroviaire (Rouen-Dreux-Chartres-Orléans) pour les voyageurs comme pour les marchandises afin de redonner à notre département sa vocation de carrefour. L'association MOB 28 fait connaître des projets alternatifs. Par la voix de sa représentante elle affirme : « La route gratuite est le reflet de la solidarité nationale. Grâce à l'impôt de tous, on offre la sécurité routière à tous. »

Nous vous adressons nos meilleurs voeux pour un 2022 plus juste, plus solidaire et plus démocratique.

Jacqueline Marre :jacqueline.marre@remove-this.ville-chartres.fr

Boris Provost :boris.provost@remove-this.ville-chartres.fr


Tribune « Avec vous, osons Chartres autrement ! »

UN PLAN DE CIRCULATION QUI NE FAIT PAS L'UNANIMITÉ !

Nous espérons que vous avez passé de très belles fêtes de fin d'année et que vous avez pu profiter de vos retrouvailles, en famille et avec vos proches.

Merci aux soignants qui ont été fortement mobilisés pendant cette période, avec un afflux de patients non vaccinés. La vaccination est notre meilleure protection et nous vous encourageons à recevoir votre rappel, si vous ne l'avez pas déjà fait.

Depuis décembre, nombreux sont ceux qui ont bénéficié de dispositifs nationaux pour faire face au contexte de hausse des prix : prime inflation, prime de Noël, chèque énergie. Au 1er janvier, de nouveaux dispositifs entrent en vigueur : augmentation du SMIC de 0,9 % ; revalorisation des pensions de retraite du régime général de 1,1% ; baisse de la taxe d'habitation avant suppression totale en 2023 (…) Nous saluons ces dispositifs nationaux, qui viennent s'ajouter à la baisse inédite de 50 milliards d'euros d'impôts au cours du quinquennat et qui permettent d'améliorer réellement le pouvoir d'achat.

À l'occasion de cette première tribune de l'année nous souhaitons alerter sur un sujet local concret : les problèmes de circulation à Chartres.

De multiples changements ont été engagés en matière de circulation ces derniers mois à Chartres : passage à 30 km/h, suppression de feux de signalisation, passage à sens unique. La volonté de sortir du tout voiture et de réduire les émissions de CO2 est louable. Mais dans les faits, ces changements suscitent des problèmes de congestion aux heures de pointe, avec des temps de trajet qui s'allongent considérablement et de fortes nuisances pour les riverains.

Nous rejoignons les interrogations de nombreux Chartrains qui nous interpellent : le plan de circulation à l'échelle de la ville est-il aussi efficient qu‘il le devrait ? Les offres alternatives de circulation douce et de pistes cyclables sont-elles suffisamment étoffées pour les déplacements du quotidien ? L'offre de transports en commun est-elle suffisamment dense et couvre-t-elle effectivement l'ensemble des secteurs et des quartiers ? Nombre d'entre vous alertent, à juste titre, sur le manque d'offre de transports en commun pour accéder à certains pôles importants de la ville, comme par exemple au Jardin d'entreprises.

Il reste du chemin à parcourir pour atteindre l'objectif d'une ville apaisée. Nous demandons aux élus de la majorité municipale de ne pas balayer d'un revers de la main les critiques, d'entendre les questions légitimes des Chartrains et d'agir pour y répondre.

Nous vous souhaitons une excellente année 2022.

Contacts :

Réseaux sociaux #avecvousosonschartresautrement :


Tribune de la majorité

À TOUS, BONNE ANNÉE 2022 ! VOILÀ LE MESSAGE ESSENTIEL !

Pour le reste, les derniers conseils municipaux de l'année écoulée doivent nous interroger. Nos oppositions, les socialo-communistes, les écolo-gauchistes et les supporters de l'actuel pouvoir (sauf quand leur gouvernement favori décide de lancer l'A154…) multiplient les critiques à notre égard. Pas surprenant.

Sauf qu'en cette période de voeux, nous souhaitons leur offrir l'occasion de vivre mieux leurs contradictions…

À nos marxistes canal historique, une première devinette : sachant que la gratuité n'existe pas, car au bout du compte il y a toujours quelqu'un qui paie, la plupart du temps le contribuable, comment pouvez-vous la proposer sans cesse et à tout propos ? Les cantines scolaires par exemple : un repas coûte entre 7,50 et 8 euros. Comme nous n'avons pas détruit la politique familiale municipale (à la différence de votre référence François Hollande) les parents paient le repas de leurs enfants à la cantine selon leurs revenus, et pour les plus modestes 0,83 euro seulement… À combien évaluez-vous la dignité d'une famille ?

Aux supporters de l'actuel pouvoir. Ces magiciens qui ont supprimé la taxe d'habitation (que les 30 % les plus modestes ne payaient pas à Chartres), pour la remplacer par des taxes sur les carburants que tout le monde paie au même taux, mais passons. Les Gilets jaunes vous l'expliqueront. Vous remettez en cause notre politique de la ville « apaisée », il y aurait trop de sens uniques… Un petit problème d'arithmétique : vous êtes dans une rue de 6 à 10 mètres de large. Comment faites-vous cohabiter des trottoirs larges sécurisés, 1 piste cyclable, du stationnement… et 2 voies de circulation ? Attention ! Vous n'avez pas le droit de repousser les murs des maisons riveraines. Vous avez 2 heures !

Au tour des écolo-gauchistes. Évitons les fausses querelles : la municipalité ne produit pas de foie gras, compte 11 000 arbres vivants pour 2 morts et encore pendant 3 semaines seulement chaque année. Certes nous soutenons l'aérodrome et ses aéro-clubs mais certains sont des planeurs.

Question : vous proposez de limiter la densification urbaine, et en même temps, vous ne voulez pas que la Ville s'étende sur des terres agricoles. Que faites-vous des nouveaux habitants qui veulent s'installer à Chartres ? Pour vous aider : vos amis experts (les seuls qui ont le droit à la parole, à vous entendre) conseillent à la ministre du Logement d'interdire les maisons individuelles avec jardin, que vous prétendez défendre ici. Précision : le jury n'acceptera pas votre réponse habituelle : « Monsieur le maire, vous n'êtes pas dans le sens de l'Histoire ! » Plagiat ! Elle a déjà été utilisée par les Soviétiques en leur temps. Et ils ont mal fini…

Enfin, si vous séchez, question de rattrapage. Que pensez-vous de l'adage suivant : « l'écologie atteint sa limite quand elle attente au bonheur de l'Homme ». Vous avez la vie pour répondre.

Les Élus de la majorité municipale