Actualités de la Ville de Chartres

Outils et services

Géraldine Aresteanu : une photographe en immersion

Autoportrait de Géraldine AresteanuInterview et portrait

06 mai 2021

Remarquée l'an passé avec son livre « 24 heures en réa », la photographe orléanaise Géraldine Aresteanu partagera pendant une journée l'immersion de la compagnie Cavalcade afin d'immortaliser le quotidien de Marcel-Gaujard et Sylvia-Monfort.


Née en 1976 en Roumanie d’une mère française et d’un père roumain, Géraldine Aresteanu a 13 ans, l’année de la chute de Ceaucescu, quand une exposition photo lui fait découvrir son pays comme elle ne l’avait jamais vu. C’est décidé, elle sera photographe. Six ans plus tard, elle part poursuivre ses études en France.

Elle se spécialise d’abord dans la photo sociale en noir et blanc et attire l’attention en 1999 aux Rencontres photographiques d’Orléans avec ses « Portraits pour un mot », travail sur le langage des signes avec des enfants sourdsmuets de plusieurs nationalités. En 2003, elle fonde avec une amie graphiste l’agence Salez/ Poivrez. Pendant onze ans, toutes deux conjuguent leurs talents au service de sujets et de gens qui leur tiennent à cœur et qu’elles contribuent à rendre visibles.

Le projet « 24 heures »

C’est en novembre 2014, mue par le besoin de passer plus de temps avec les gens qu’elle photographie, que Géraldine Aresteanu a lancé le projet « 24 heures ». Son but : partager pendant un jour entier le quotidien d’un lieu ou d'une personne, connue ou anonyme. Elle rencontre ainsi un pêcheur roumain dans le delta du Danube, Odette, une agricultrice retraitée de 93 ans, Georges, 106 ans, ancien chef de la Résistance, le médecin, écrivain et diplomate Jean-Christophe Rufin, un sdf… L’an dernier, en pleine première vague de Covid 19, elle s’est aussi fondue pendant 24 heures dans le service de réanimation du CHR d'Orléans. « Je voulais y aller pour comprendre. »

Aujourd’hui, c’est sur l’Ehpad Marcel-Gaujard et les résidences autonomie de la Ville de Chartres qu’elle a décidé de porter son regard bourré d’humanité. « Sylvia voulait intégrer un photographe au projet et le Conseil régional lui a donné mon nom. Elle est allée voir mon travail, l’a apprécié, on s’est rencontré et on s’est plu. J’ai trouvé que l’idée d’en faire un « 24 heures » correspondait bien à sa pièce, dont la lecture m’a énormément touchée et m’a surtout donné envie de réaliser des séries de portraits de nos « vieux » et de nos « soignants ».

« La vie jusqu’au bout »

Concernant sa méthode de travail, Géraldine tient à arriver sans préparation sur ses « 24 heures », « pour être davantage à l’affût de tout. Ce qui me plaît, c’est la rencontre et l’inattendu. » Elle avoue aussi une tendresse particulière pour les personnes âgées. « Je me suis toujours sentie proche d’elles. J’essaye de photographier la vie jusqu’au bout, en me disant que ce n’est pas la fin d’une vie mais que c’est encore la vie. Et puis j’adore écouter les gens me raconter leur histoire. Dans mes “24 heures”, je donne à voir des choses qui sont près de nous mais qu’on ne regarde pas. Certains de ceux qui ont vu celui consacré à un sans domicile fixe m’ont dit que ça les avait aidés à regarder autrement les personnes qui vivent dans la rue. »

Prolongation dans la rue

En plus de son « 24 heures », Géraldine Aresteanu réalisera des portraits posés en studio. 4 ou 5 seront exposés en grand format dans la ville, du 4 au 10 octobre, dans le cadre de la « Semaine bleue » et en marge des premières représentations de Bienvenue au Bel Automne données dans le tout nouveau Off.

Devant les portraits géants, les comédiens de la compagnie Cavalcade murmureront les paroles des « anciens » à l’oreille des passants qui s’approcheront. De sa journée en immersion, la photographe tirera aussi un « film photographique » de 3 ou 4 minutes, montage de photos et de sons recueillis.

 


Crédit photo : Géraldine Aresteanu.

Téléchargez gratuitement l'application Chartres

Cliquer pour accéder à Google Play (nouvelle fenêtre)

Cliquer pour accéder à l'App Store (nouvelle fenêtre)

Rejoignez-nous

Facebook – Ville de Chartres     Twitter – Ville de Chartres

YouTube – Ville de Chartres    Instagram – Ville de Chartres