Vivre à Chartres

Le Conservatoire

Inauguré en 2004, le Conservatoire de musique et de danse de Chartres à été labellisé « Conservatoire à rayonnement départemental » par le ministère de la Culture et de la Communication en 2006.


Le Conservatoire aujourd'hui

Établissement spécialisé d’enseignement artistique, le Conservatoire a pour mission première d’offrir une formation complète en musique, chant et danse, en conciliant une volonté de démocratisation et d’ouverture avec une exigence de qualité pédagogique.

Ce service culturel municipal inspecté pédagogiquement par le ministère de la Culture, est ouvert à tous et propose des formations individuelles, des pratiques collectives et des classes à horaires aménagés.

En savoir plus sur les formations de musique, chant et danse.


Agenda du Conservatoire

Outre sa mission de formation, le conservatoire mène une action d’animation de la Ville. Il programme une saison de concerts et de spectacles.

Renseignements

Conservatoire de musique et de danse
Cloître des Cordeliers – 22, rue Saint-Michel
28000 Chartres.

Tél. 02 36 67 30 70.
Courriel : conservatoire@remove-this.agglo-ville.chartres.fr

L'histoire du lieu

Institué en Italie par François d’assise, l’ordre des Frères Mineurs de Saint-François, appelés en France Cordeliers du fait qu’ils portaient une corde par dessus leur vêtement, s’établit à Chartres en 1231.

L’autorisation leur est donnée de construire dans le faubourg des Épars, aujourd’hui rue du Grand Faubourg. Lors du siège de la ville en 1568,  le couvent est détruit pour empêcher l’armée protestante d’en faire un réduit stratégique. Charles d’O, alors seigneur de Vérigny, acquiert un terrain au clos Saint-Père près de la porte Saint-Michel pour réinstaller les Cordeliers. La réalisation de l’édifice débutera en 1569 pour s’achever en 1586. Celui-ci comprenait alors une église et le cloître à colonnes toscanes, regroupant une bibliothèque, un dortoir à cellules et un réfectoire.

Depuis, le cloître a occupé différentes fonctions. À la révolution, la chapelle sert à l’assemblée des trois Ordres pour l’élection des députés aux états généraux de 1789. En 1791, Le couvent, nationalisé, est destiné aux services du département, puis en 1795 les bâtiments deviennent école centrale puis école secondaire et enfin sont annexés au nouveau lycée Marceau construit entre 1884 et 1887. En novembre 1857, l’église disparaît. Aujourd’hui il reste un fragment de mur nord de l’édifice encore visible dans le cloître. L’ensemble des bâtiments est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1959 et 1979.