Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie - Ses grands projets

Juin 2018

Tribunes de l'opposition

Tribune Réinventer Chartres

LES  GRUES  DU  BLUFF

Les grues sont à l'oeuvre à l'entrée de Chartres, derrière Chartrexpo...Mais  pourquoi ?  Le projet initial du Maire était de déplacer et d'étendre (sans l'accord des commerçants) la zone commerciale de Carrefour - Madeleine mais il est au point mort. En effet, le 12 mai 2016, la Commission Nationale d'Aménagement Commerciale décidait à l'unanimité d'empêcher ce projet dont nous avons déjà eu l'occasion dans ce journal de dénoncer la mégalomanie, la gabegie d'argent public et le danger pour l'avenir du centre-ville. Ne céder en rien à cette vaste opération de communication (à vos frais)..

Les grues sont là pour vous impressionner, pour donner l'illusion que le projet se concrétise alors que tout est stoppé. Aucun dossier ni permis ne sont déposés. Raser pour faire croire qu'il n'y a pas d'autres choix que celui du Maire, voilà l'objectif.
Il existe pourtant un projet alternatif. Lequel ? Le nôtre.

Lors des dernières élections municipales, la liste Réunir Chartres vous avait proposé :

  • la restructuration de Chartrexpo pour le transformer en Palais Omnisport,
  • la création d'une cité-jardin sur le promontoire de l'ancienne base militaire,
  • la création d'une base logistique « dernier kilomètre » afin de réduire le nombre de camions de livraison en centre-ville, avec, à proximié,
  • l'implantation d'une pépinière d'entreprises,
  • enfin, idéalement situé, le maintien de l'Hippodrome au cœur de la Plaine des Sports.

Voilà un projet tout à la fois ambitieux et respectueux des finances publiques face aux 200 millions d'euros de dette du  bilan de notre Maire actuel.

Modifier l'avenir du plateau Nord-Est est encore possible.
Rejoignez la mobilisation contre le projet gorgien de trop !

L'équipe de Réinventer Chartres

Noël Billard, Monique Kopfer, David Lebon, Josette Morin-Berenfeld, Sandra Renda, Sébastien Tenaillon

Tribune de Chartres Insoumise

L'HUMAIN D'ABORD

Qui sont « les violents » ?

Il y a souvent, de la part des défenseurs du capital, notamment de la presse, une manière étrange de mettre en scène celles et ceux qui luttent pour de meilleures conditions de vie et de travail. N'avez-vous pas déjà entendu parler de « preneurs d'otages » pour désigner des travailleurs en grève?
Entendez-vous cette logique qui voudrait opposer usagers et travailleurs des services publics actuellement mobilisés, selon laquelle ce sont les grévistes qui seraient responsables du blocage?

Eh bien non! Les grévistes sont des courageux qui se battent contre la logique de ce système pourri qui impose compétitivité et austérité. Ce que les gens veulent, c'est vivre décemment et dignement! Comment accepter que l'on fasse toujours plus de cadeaux aux super riches, à ces oligarques qui contrôlent déjà tout et notamment 90% de la presse française...

Alors oui, soyons fiers et soutenons celles et ceux qui prennent l'engagement de perdre des jours de salaires pour défendre les biens communs que sont les services publics. Car si la violence existe, ce sont les tenants du capitalisme qui en font d'abord preuve ou les provoquent. N'inversons pas les rôles.

Évacuation par la force de manifestants pacifistes dans les facs, les gares, à Notre-Dame des Landes ou encore durcissement des politiques migratoires et d'accueil.... Il est évident que  la liberté, l'égalité et la fraternité ne sont pas le leitmotiv de la politique macroniste et de la droite libérale en général.

Face aux enjeux climatiques, écologiques, démocratiques, sociaux sans précédent, la seule réponse que reçoivent les contestataires du capitalisme, c'est la répression ! Pourtant l'urgence est là ! La communauté scientifique parle déjà de 6e extinction en parlant de la période actuelle concernant le recul très rapide du nombre d'espèces vivantes sur notre planète...

Pendant ce temps à Chartres, il y a ces relents de royalisme nauséabond avec cette parodie de fête médiévale qui rappelle que certains retourneraient volontiers en 1254... Symbole historique piteux choisi sans doute pour tenter de réveiller en nous une nostalgie improbable de cet ancien temps. Ceci dit, plus ils détruisent les services publics, plus nous revenons effectivement vers une vie moyenâgeuse...
Les choses sont claires, cette vielle droite est tournée vers le passé et la nostalgie d'une royauté depuis longtemps révolue. Quant à nous, nous sommes tournés vers l'avenir avec la volonté de construire des solutions républicaines concrètes aux défis de notre époque. À bon entendeur.

Denis Barbe

chartres.insoumise@remove-this.gmail.com


Tribune sans étiquette

Kronenbourg 1664

L'imagination aux frontières du réel ? Why not… Plutôt que de faire construire un parc d’attraction sur le thème des temps reculés et obscurs où régnaient l’ignorance et la violence(...), pourquoi ne pas faire du centre-ville une réserve médiévale ? On a déjà les bornes qui délimitent la zone et bien- tôt le palais ducal…

Faire construire c’est risquer de faire une pale reconstitution du parc Mirapolis. On peut facilement avoir Francis Lalanne comme parrain. Certes c’est très loin du coloré parrain du parc précité, Carlos (le chanteur, pas le terroriste!) mais ça reste à l’image du projet.

À croire que le passé médiéval hante ceux qui n'ont qu'une ligne d'horizon triste à regarder.

Pourquoi cette nostalgie de notre glorieux passé ? Non qu'il me manquât comme royaliste revendiqué mais plutôt que les petits marquis actuels sont bien transparents, que ces fanfarons au regard torve et au courage défaillant sont aussi laids qu’insignifiants.

Désormais les malfaiteurs hurlent à la garde si leur médiocrité est moquée. Le roi moderne est nu. Rassurez-vous, cette royauté-là est accessible au plus grand nombre, à tous ceux qui pourraient facilement expérimenter le mouvement orbital perpétuel cher à Audiard.

L'Histoire ne repasse jamais les plats. Ce n'est pas une raison pour essayer de vouloir rentrer dans l'antique costume cousu de deux millénaires de bravoure.

Au fait, bravo aux organisateurs de la grande manifestation culturelle de mai. On a même eu les bouffons...

Montjoie!

T. Brière-Saunier

Contact : Alliance.Royale28@remove-this.inmano.com

Twitter: @canardsanstete1 - FB: Alliance-Royale-sur-Chartres


Tribune de la majorité

Au revoir 1254, VIVEMENT 2019 !

Ne boudons pas notre plaisir, ce fut un très beau succès populaire que cette première fête du Moyen Age.

Malgré une météo parfois hésitante, malgré les imperfections inhérentes à une première édition, malgré le très court délai de préparation, les Chartrains se sont enthousiasmés pour leur passé, pour cette année 1254 haute en couleurs, à la mesure du merveilleux patrimoine de votre ville. Avec notre maire, nous n’entendions pas nous contenter d’attendre la réalisation du parc d’attraction consacré à cette époque, tel que ses promoteurs nous le préparent pour les années qui viennent.
Répondant à l’appel de la municipalité, une association chartraine s’est mise en route, elle a fédéré avec succès les initiatives d’ici et d’ailleurs. Et elle ne va pas en rester là, comme en témoignent les très nombreuses demandes d’adhésions et d’engagements qui lui sont parvenues pour la deuxième édition l’an prochain. Car il y aura une suite, le contraire serait inenvisageable après la réussite de cette première. Ce succès s’enracine aussi dans tout le travail effectué depuis des années pour restaurer et embellir le patrimoine chartrain. Cette richesse venue du passé fonde notre avenir. Si nous l’entretenons, si nous l’embellissons, il continuera de nous enrichir. Car il n’est pas délocalisable.

A une condition, que nous le fassions vivre. La municipalité  s’est saisie de l’idée, elle a donné l’impulsion, elle a fourni les moyens. Nous n’avions pas fait autrement quand nous avions lancé Chartres en Lumières. Des partenaires sont venus depuis accompagner le succès d’une entreprise qui pouvait paraître au départ démesurée. D’une manière ou d’une autre, il en sera de même pour cette nouvelle aventure. Surtout si les Chartrains se l’approprient, comme leur enthousiasme le laisse raisonnablement présager.

Alors nous avons lu ou entendu quelques grincheux. Ceux qui sont toujours contre, parce que l’idée ne vient pas d’eux, parce qu’elle coûterait de l’argent public. Mais ils passent sous silence (en ont-ils d’ailleurs conscience ?) ce qu’un tel évènement rapporte à la ville, à son activité et donc in fine à ses ressources fiscales. Sans parler de la joie dans les yeux des enfants et des parents, et qui n’est autre que ce « lien social » qui vaut mieux qu’un slogan. D’autres croient y lire une entreprise réactionnaire, ou un plaidoyer pour on ne sait quelle monarchie….. Mais l’histoire de la France et de Chartres a commencé avant la République et le récit national l’assume et, mieux, le revendique. Nous les renvoyons  donc à l’imagerie des livres d’Histoire, quand les instituteurs de la Troisième République célébraient Saint Louis rendant la justice sous son chêne…

Autre querelle, inverse mais également dérisoire, celle qui dit que nous usurpons les fastes éteints de la royauté. Et pourtant le Versailles de Louis XIV, construit avec les impôts des français, comme les châteaux de Louis II de Bavière édifiés  à la sueur des bavarois, enrichissent aujourd’hui comme un juste retour des choses les descendants des ouvriers qui les ont bâtis tout en prolongeant la gloire des souverains qui les ont voulus. Et tout le monde trouve au passage normal et même très rentable que la collectivité continue d’y investir l’argent public et celui des mécènes…

Mais il n’est pire sourd que celui qui ne veut  entendre…. Cet adage date d’avant la Révolution. N’en est-il pas moins sage ?

 

Les élus de la majorité municipale