Votre mairie - Ses grands projets

Mai 2018

Tribunes de l'opposition

Tribune Réinventer Chartres

POURQUOI NE VOTONS NOUS PAS LE BUDGET

 

Et pourquoi, monsieur le Maire, faire remarquer dans votre dernière tribune l’absence de conseillers municipaux d’opposition ?

En dehors du fait que nous n’avons pas à nous justifier par des certificats médicaux ou des contrats de travail, ne vous êtes vous jamais posé la question de savoir si ce n’était pas vous, le responsable ?

Sans doute éprouvons-nous une certaine lassitude à l’absence de réponse à nos questions.

 

  • Nous avons demandé par trois fois un document écrit concernant l’ensemble des sommes dépensées pour la construction de l’hôtel de ville, pas de réponse.
  • Nous demandons des éclaircissements sur le budget de toutes ces sociétés satellites créées par le Maire telles les SEM et autres SPL dont nous ne connaissons ni le budget ni l’organisation et là encore pas de réponse à nos questions ; le conseil municipal n’est-il là que pour leur voter des avances ?


Dans cette même tribune, attribuer l’adjectif inexpérimentées aux deux conseillères présentes, est-ce un vieux réflexe de mysogine ? On est tenté de donner cette explication quand on a vu comment le sujet égalité homme femme avait été bâclé au conseil précédent, sujet pourtant imposé par le gouvernement mais expédié par la 1ere adjointe aux affaires « sociales » qui commente « on se demande pourquoi le gouvernement traite un tel sujet » et le Maire de renchérir.

Nous étions bien présents au conseil Municipal qui traitait du budget primitif 2018 mais nous ne l’avons pas voté.

Dans la présentation globale du budget et dans la lecture des statistiques nationales annexées, l’adjoint aux Finances n’a pu relever que deux lignes favorables (investissement et dépenses de personnel)… Par contre, silence sur l’endettement ! Et pourtant :

 

  • les « inexpérimentées » ont bien relevé que la dette d’un habitant de Chartres est le double comparée aux autres villes de même importance sur le territoire national.
  • les « inexpérimentées » rappellent que la dette de la ville de Chartres s’élève à 86 millions d’euros, soit 9 ans de remboursement. Attention aux générations futures !


Qui dépense ? Un Maire !

Qui révèle cette gestion hasardeuse ? Des conseillères !

Quant à l’investissement, il est essentiellement englouti dans le Palais du Maire - mysogine ? - dont la construction se prolonge comme les dépenses… jusqu’à quand ?

On ne nous donne même plus de date d’achèvement, les avenants succédant aux avenants.

Non, nous ne voulons pas voter un emprunt de 19 millions d’euros inscrit au budget 2018 pour un bâtiment purement administratif.

Les chartrains ont d’autres besoins…

 

L'équipe de Réinventer Chartres

Noël Billard, Monique Kopfer, David Lebon, Josette Morin-Berenfeld, Sandra Renda, Sébastien Tenaillon

Tribune du Front de Gauche

LE SILENCE ET LE SENS DES MOTS

 

Quel est le sens de la tribune vide du mois dernier ?

Contrairement aux élus de la majorité, je n’ai ni assistant, ni indemnité. Lire, trier, transmettre les appels et les mails, organiser les déplacements et les actions, rédiger les tribunes, préparer les conseils municipaux demandent un temps de travail infini. Comme des millions de Français, j’ai une vie bien remplie, un travail précaire et un compte vide à la fin du mois ! Aujourd’hui, comme toujours, les classes populaires sont exclues de la politique : combien d’ouvriers ou de paysans à l’assemblée nationale? Aucun!

Alors oui, ce silence a un sens concret connu de millions de Français, la saturation.

Pour autant, je mènerai ce mandat jusqu’au bout, en incarnant la seule opposition politique au sein du conseil, et à travers cette tribune.

Car non, monsieur Gorges votre politique n’est ni démocratique ni républicaine.

 

  • Non démocrate, car vous interdisez les rencontres politiques dans les salles de la ville alors que la majorité organise des réunions de quartier autour de ses choix communaux.
  • L’ouverture dominicale de la médiathèque continuera d’épuiser les employés municipaux sans contrepartie financière (la demande de prime de compensation a été rejetée). Obliger les employés à ouvrir la médiathèque le dimanche pendant que vous vous reposez, s’apparente à du travail forcé. Décisions prises sans aucune consultation des Chartrains.
  • Vous avez refusé la tenue d’un vote pour les deux délibérations que j’ai déposées durant ce mandat, l’une pour positionner symboliquement la commune en opposition aux traités de libre-échange TAFTA / CETA, l’autre sur la défense du service public postal chartrain. Un démocrate n’est hostile ni au vote ni à la consultation populaire !
  • Non républicain car vous usez de la force pour faire passer vos idées comme le gouvernement actuel avec qui vous partagez plus de valeurs que vous ne l’admettez. Vous accompagnez la destruction de services et de structures publiques qui sont des biens communs, notamment pour ceux qui n’ont rien.
  • Vous avez fait payer les activités périscolaires (TAP) aux familles, en instaurant de fait, une séparation entre les enfants. Vous l’avez fait contre l’avis de parents d’élèves mobilisés en urgence autour d’une pétition demandant la gratuité de ces activités.
  • La logique de l’hypercentralisation est aussi anti-républicaine car elle prive les habitants de la périphérie de services et d’animations de proximité.

 

Les exemples sont pléthoriques ! Je laisse aux lecteurs le soin de compléter le tableau...

Chartraines et Chartrains souhaitant que cela cesse au plus vite, construisons un programme municipal écologique, social, démocratique et innovant. De nouveaux horizons s’ouvriront si nous agissons tous ensemble sans logique de chapelle.

Un peuple uni ne sera jamais vaincu !

 

Denis Barbe

frontdegauche.chartres@remove-this.gmail.com


Tribune sans étiquette

ET PATRIA MORI !

 

Oh là là, j’entends les cris d’orfraie (pas d’Onfray) de tous les côtés. Je sens le vent du boulet et les crispations. Déjà que personne ne m’adresse la parole mais avec ce titre c’est la mortem assurée.

Infâme fasciste ou infâme blasphémateur ? Choisis ton camp camarade !

Je fais un détour par le bout de terre qui se trouve au-delà des limites de l’agglomération chartraine, là-bas dans le « sudt » comme on dit au pays de Charles (Trenet pas Martel…). L’émotion fut grande quelques jours mais le soufflet est vite retombé.

On ne saura jamais si le colonel Beltrame a voulu prendre la place d’un otage pour buter le « déséquilibré » mais son geste est normal pour tous ceux qui consacrent leur vie à protéger la civilisation et ses habitants sans distinction d’aucune sorte ; une égale valeur pour tous. N’est-ce pas cette remise en cause de l’égale valeur d’une vie humaine qui est niée par tous ces fanatiques qui mélangent ignoblement leurs pratiques religieuses rigides avec la vie de la Cité ? Ce qu’ils croient ne serait pas gênant s’ils ne voulaient l’imposer à tous et par la violence.

Seraient-ils donc coincés dans le Xème siècle ?

Puisque vos politiciens sont toujours à la recherche d’idées innovantes, pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable ? Bientôt un méga-parc d’attraction beauceron des temps anciens sortira de terre.

Pourquoi ne pas y faire embaucher tous ces ramollis du ciboulot ? Une sorte de biotope intemporel, en quelque sorte…

Gallia aeternum vivat!

 

T. Brière-Saunier

Contact : Alliance.Royale28@remove-this.inmano.com

Twitter: @canardsanstete1 - FB: Alliance-Royale-sur-Chartres


Tribune de la majorité

SCHIZOPHRENE ?

 

C’était, paraît-il, » l’ancien monde ». Quand les députés tenaient un discours de réforme à Paris, pour se muer en conservateurs acharnés à peine rentrés dans leur circonscription.

Mais désormais on allait voir ce qu’on allait voir : le nouveau député, débarrassé de toute « entrave » locale, allait pouvoir se consacrer à 100% au vote de lois éclairées. Le »nouveau monde » était en marche…

Et donc nous avons vu un député tout neuf livrer à la presse les conclusions de la Commission d’Enquête qu’il a animée sur le sujet ô combien stratégique du développement économique français et de ses entreprises.

Catalogue de propositions à l’appui, notre nouveau prophète s’est exprimé longuement. On verra …

Car le doute est permis. Quand on regarde ce même député tout neuf prendre position sur quelques dossiers stratégiques susceptibles justement de « booster » (comme disent ces gens-là) la croissance et l’emploi de l’agglomération chartraine.

Et d’abord l’autoroute A154. Faire de Chartres un carrefour autoroutier n’a jamais nui au développement économique, sans même parler de la sécurité des automobilistes ou de la fluidité du trafic. Tous les acteurs économiques sont d’ailleurs favorables au projet depuis longtemps. Tous les élus locaux ont même fini par se rassembler autour du projet remis en marche sous l’impulsion de notre maire après un demi-siècle de surplace.

Mais tout beau, tout neuf, notre député n’en veut pas.

L’expert autoproclamé a parlé, drapé dans une solitude proprement jupitérienne !

Autre dossier, même attitude ! Chacun sait, et pas seulement les stratèges, que la Cosmetic Valley est devenue comme la colonne vertébrale de l’économie industrielle de notre agglomération et bien au-delà. Personne n’a oublié la concurrence féroce qui a opposé Chartres et Orléans quand il s’est agi de choisir la capitale, le pivot de cette réussite que Jean-Pierre Raffarin, Premier Ministre, avait décidé de labelliser « pôle de compétitivité » national et même international. Le maire de Chartres a donc trouvé un beau bâtiment , désormais inadapté aux besoins d’un collège du XXIe siècle et situé à vue directe de la Cathédrale pour abriter le siège de la dite Cosmetic Valley. Si l’on fabrique des parfums et des produits de beauté c’est pour les vendre au plus grand nombre de clients possible. Et justement c’est là qu’ils passent !

Même un élève de cours préparatoire est capable de comprendre cela ! Mais pas notre sémillant Parlementaire, qui déclare vouloir au moins faire différer la libération du bâtiment. Que ce dernier appartienne à la Ville de Chartres, notre stratège n’en a cure !

Dernier éclair de notre visionnaire : il rejette a priori la proposition du maire de Chartres de rétablir des trains directs entre Chartres et Paris et retour. Impossible, décrète l’augure, alors que ces trains directs ont bel et bien existé, à la belle époque, pas si ancienne, des intercités Paris-Rennes et retour…

Trois exemples, et la même posture négative. Macron à Paris, Martinez à Chartres ! Une Ordonnance de cohérence s’impose. Ou gare à la schizophrénie…

 

Les élus de la majorité municipale