Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie - Ses grands projets

Septembre 2018

Tribunes de Réinventer Chartres

Cette tribune ne nous est pas parvenue.

Le groupe « Réinventer Chartres »
Noël Billard, Monique Kopfer, David Lebon, Josette Morin-Berenfeld, Sandra Renda, Sébastien Tenaillon.


Tribune de Chartres Insoumise

Cette tribune ne nous est pas parvenue.

Denis Barbe

Courriel : chartres.insoumise@remove-this.gmail.com

 


Tribune sans étiquette

ARE YOU BENALLA ?

Finie la bronzette sur un bout de plage artificielle. Rappel à l’ordre de la rentrée: je dois difficilement remettre mes neurones au travail. J’espère ne pas être convoqué solennellement en mairie si j’oublie mon cartable…

Il faut avouer qu’on a eu quelques semaines estivales dignes des grands feuilletons télévisuels de l’été. Manu et son barbouze-facho (décidément c’est une profession en plein essor), l’hystérie foot-ballistique manifestant une franchouillardise diarrhéique (tout le monde ne peut pas en dire autant) et un épisode caniculaire qui doit ravir non seulement les administrateurs de la Sécurité Sociale mais aussi les penseurs autorisés qui ne veulent surtout pas s’appliquer ce qu’ils souhaitent faire de pire aux autres.

Pisse-froid moi ? Non, je ne partage pas ce que les institutionnels veulent nous imposer. Panem et circenses ! Pourquoi devrai-je applaudir des millionnaires gâtés et un « président » au comporte-ment de trader dégénéré alors que toute réelle manifestation contestatrice en France est durement et sévèrement réprimée ? Deux poids deux mesures ! Pour moi c’est non. Et puis pourquoi ne pas généraliser le travail du dimanche ? Pour ceux qui refuseront de travailler et profiter de leur famille, amis ou que sais-je, ce sera la porte. Alors oui, je suis forcément solidaire avec les employés de la médiathèque !

Tout ce climat antisocial, téléguidé et ultra surveillé me rappelle une très mauvaise devise : « Kraft durch Freude ».

On y est !

Vive la France !

T. Brière-Saunier

Courriel : Alliance.Royale28@remove-this.inmano.com

Facebook: Alliance-Royale-sur-Chartres

Twitter: @canardsanstete1


Tribune de la majorité

LES MAIRES ONT DES ETATS D’AME PARCE QUE L’ETAT A PERDU LA SIENNE

Une bonne rentrée, c’est d’abord une rentrée préparée. Et donc inscrite dans une action et une programmation financière à moyen terme. Vous en trouvez un exemple parlant dans les travaux que nous réalisons année après année dans les écoles. Toute la politique municipale est en outre encadrée par les engagements que nous avons pris envers vous en 2014, et notamment celui de baisser les taux de vos impôts locaux chaque année. Concernant les grands projets, un maire et son équipe engagent la Ville pour 20 ou 30 ans. Pour gérer le quotidien comme pour préparer l’avenir, nous avons donc besoin d’établir une programmation complexe et cohérente, prévisions de recettes et de dépenses à l’appui. Tout ceci est public. Ici, tous les Chartrains connaissent les règles du jeu et ont la liberté de s’organiser en conséquence.

Comme nous aimerions pouvoir en dire autant de notre pays ! Nous n’évoquerons pas les petits – et les grands – scandales de l’été. C’est l’écume qui masque l’essentiel : la croissance économique et le retour à l’emploi ne seront pas cette année au rendez- vous des prévisions du gouvernement et du Président de la République. La baisse du pouvoir d’achat en est sans doute l’une des causes majeures. S’y ajoute l’incertitude qui pèse sur les choix budgétaires que devra faire ce gouvernement : comment investir sans augmenter les impôts ou sans alourdir les déficits et la dette ? On entend des choses, trop souvent des projets de taxes ou de prélèvements supplémentaires, mais rien de global ni de clair. Où est le Plan ?

Nos dirigeants patinent, englués dans la seule recherche de la rustine-miracle destinée à boucher les trous des finances de l’État à court terme. Et ce court-termisme semble devenir la règle des gouvernants de ce pays. Ils passent tous les 5 ans, oublient leurs promesses et changent de politique au gré des sondages d’opinion et de leurs espoirs de réélection, d’ailleurs régulièrement déçus…

Mais un maire et sa municipalité dépendent des décisions de l’État en matière fiscale et réglementaire, qui encadrent nos possibilités d’action à moyen terme, comme nos marges de manœuvre à court terme. L’État nous oblige à présenter des comptes en équilibre, ce qu’il ne fait pas pour lui. Mais « en
même temps » cet État nous laisse dans l’incertitude la plus complète sur l’avenir des finances communales. Et pour cause, puisqu’il ne sait pas lui-même comment il va boucler son budget de l’année et construire celui de l’année suivante…Comment s’étonner que l’État, toujours lui, sacrifie systématiquement les investissements de moyen et de long terme comme les routes et les ponts, un exemple d’actualité…Il en gère 11 000 km seulement, mais nous en laisse 600 000 ( !) sans nous laisser la possibilité d’en programmer sereinement le financement de l’entretien. L’État se défausse et en plus nous laisse dans le flou.

Ainsi, des rumeurs persistantes laissent entendre que la suppression de la taxe d’habitation ne serait plus totale, qu’elle « oublierait » notamment les résidences secondaires et qu’elle serait surtout compensée par l’augmentation des impôts économiques LOCAUX sur les entreprises… Comment préparer nos budgets et notre programmation financière dans des conditions convenables ? Aucune entreprise ne survivrait 6 mois à ce genre de traitement. Comment s’étonner que des maires, de plus en plus nombreux, rendent leur tablier ? Nos gouvernants éludent la question ou brocardent nos états d’âme, quand c’est l’Etat qui a perdu la sienne.

Comment s’étonner que la croissance ne soit pas au rendez-vous ? Benalla ou Brégançon on s’en fout ! C’est un Budget avec un grand B que nous attendons !

Les élus de la majorité municipale