Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Décembre 2019

Tribunes de Réinventer Chartres

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE AURA-T-IL RAISON DE JEAN-PIERRE GORGES ?

Au conseil municipal de Septembre nous avons interpellé le maire sur l’inadaptation des aménagements urbains aux changements climatiques et les conséquences pour la viabilité de la ville dès à présent et la santé publique... Depuis les magazines municipaux deviennent un outil de propagande écolo pour masquer l’inaction de cette municipalité !

Pourtant chacun d’entre vous peut vérifier que les places sont aménagées avec des dalles de pierres ou de bêton sur lesquelles le soleil vient taper dès les beaux jours. Pendant les périodes de fortes températures vous pouvez sentir la chaleur étouffante de Chartres, phénomène s’aggravant avec les années, c’est pire qu’avant. En ayant fait abattre des centaines d’arbres centenaires partout dans la ville et particulièrement dans le centre avec la réfection des places ou des boulevards, Jean-Pierre Gorges porte une lourde responsabilité sur la dureté des épisodes de canicules à Chartres. Il a constitué ce que l’on appelle «des îlots de chaleurs».

Suite à notre interpellation, il essaie aujourd’hui de communiquer sur le nombre d’arbres plantés depuis qu’il est en poste. Mais les nouveaux arbres sont plantés en pots enterrés, sont d’essences plus petites que ceux abattus et sont plus espacés que les précédents. Cela n’a qu’un effet cosmétique, en aucun cas bioclimatique.

Pendant tous ces mandats, le maire de Chartres-Président d’Agglomération a été incapable d’anticiper le changement climatique (comme tous les climato-sceptiques) et de préparer votre ville à être résiliente et durable. Toute sa communication ne changera rien à cet état de fait. Depuis trop d’années tout n’a été que destructions, des bâtiments et des espaces verts, et reconstructions sur des modèles dépassés qui ne répondent pas au défi du changement climatique.

Pour montrer le cynisme de cette majorité, la réponse de Mr Masselus à notre interpellation sur les ilots de chaleurs urbains de plus en plus nombreux à Chartres : « Vous n’avez qu’à aller habiter en forêt ». Vous pouvez apprécier la considération qu’ils vous portent, habitant de Chartres et son agglomération.

Le groupe « Réinventer Chartres »
Monique Kopfer, Josette Morin Berenfeld, Sandra Renda, Boris Provost, David Lebon et Sébastien Tenaillon


Tribune de Chartres Insoumise

LE 25 NOVEMBRE : JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CHARTRES DOIT SE RÉVEILLER !

Le 25 novembre est un bon moment pour faire le point et trouver des solutions efficaces et pérennes pour lutter contre les violences faites aux femmes. Il s’agit d’une des formes de violation des droits humains les plus répandues dans le monde : 1,3 millions de femmes et de filles sont victimes d’exploitation sexuelle et plus d’un milliard de femmes dans le monde (soit une femme sur trois) sont victimes de coups, de viols et d’abus sexuels.

En France aussi, l’actualité est alarmante : 80 000 viols sont recensés tous les ans soit 1 toutes les 10 minutes, 1 femme meurt tous les 2 jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint (déjà 125 féminicides en 2019 !), 1 femme sur 5 est victime de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle et 80% déclarent qu’elles sont régulièrement confrontées aux comportements sexistes au travail.

Militante et élue de l’Humain d’abord, je soutiens la demande des organisations féministes qui réclament un milliard d’euros pour mettre fin à ce fléau. Le gouvernement est loin d’être à la hauteur puisqu’il a baissé le budget à l’égalité femmes/ hommes de 25 000 euros et qu’il refuse d’augmenter les moyens financiers et humains pour appliquer les propositions du Grenelle des violences faites aux femmes. Le milliard annoncé par M. Schiappa est un leurre puisqu’il correspond à des investissements déjà décidés et en grande partie employés ailleurs.

Des villes ont néanmoins pris des décisions ambitieuses sur leur territoire en augmentant de façon conséquente le nombre d’hébergements d’urgence afin que chaque femme en situation de danger puisse être rapidement en sécurité ; des personnels territoriaux ont été recrutés pour accompagner ces femmes dans leurs démarches administratives et de santé, des personnels de justice et de police ont été formés à ces violences pour mieux réceptionner leur parole et leur plainte.

Pourtant, comme le nuage de Tchernobyl, tout se passe comme si les violences faites aux femmes et les féminicides s’arrêtaient aux portes de notre ville et de notre agglomération. Il est temps que des décisions soient prises ici et maintenant et que le maire en tant qu’employeur public déploie des moyens humains et financiers pour prévenir, accompagner et protéger toutes les filles et femmes victimes sur notre territoire.

En France l’an dernier, 60 000 personnes ont manifesté pour dénoncer ces violences dans notre pays. A l’occasion de cette journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, le 23 novembre, des manifestations ont eu lieu dans toute la France à l’appel d’organisations féministes syndicales et politiques pour que des moyens réels soient engagés à tous les niveaux dans cette lutte. Ensemble, obligeons le gouvernement et nos décideurs locaux à prendre des mesures ambitieuses à la hauteur des enjeux.

Nabila Lakehal
Chartres l’humain d’abord


Tribune sans étiquette

DES VOILES SUR LES CRÈCHES !

Lors du Conseil Municipal du 10 septembre dernier, le « leader » chartrain du Parti socialiste (enfin, de ce qu’il en reste…) se disait ulcéré par le « deux poids, deux mesures » appliqué par la majorité. En cause, une « aumône » de 800€ accordée à une association émanant du PS (et « arrosée » de subsides divers) et une subvention « excessive » (900€) – voire illégitime – octroyée à une association s’affichant clairement comme catholique (et ne comptant pratiquement que sur elle-même). Du laïcardisme unidirectionnel à l’état pur ! En cette période de l’Avent, gageons que nous aurons encore droit au désormais refrain « d’atteinte à la laïcité » à l’encontre des maires qui auront le courage d’installer une crèche dans leur mairie, ne fusse qu’au nom de la tradition. « La République est laïque, mais la France est chrétienne » (Charles de Gaulle).

Me concernant, je suis très fier de me joindre aux résistants qui défendent l’identité chrétienne de la France (et la présence des crèches dans les mairies, donc). Je rappelle à ce sujet que la laïcité est un principe chrétien : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » (Lc, 20,25). Entre autre chose, notre vision de la femme n’est ni celle prônée par l’islamo-gauchisme et ses collabos*, qui la réduit à la domination masculine – au point de l’enfermer dans un linceul ambulant – (pour les sceptiques, lire la sourate 4 du Coran), ni celle défendue par ce libéralisme-libertaire la réduisant à un objet sexuel (voir l’organisation du salon de l’érotisme dernièrement). Espérons que les leçons seront retenues et que la municipalité, désirant une ville apaisée, saura déjouer les pièges tendus par ces deux tendances (victimisation d’un côté et licence au nom de la liberté de l’autre).

Sur ce, je vous souhaite à tous un bon temps de l’Avent et, avec un peu d’avance, une belle fête de l’Immaculée Conception et une joyeuse et sainte Nativité.

« Au commencement était Le Verbe (…) et Le Verbe était Dieu (…) et Il a habité parmi nous » (Jn, 1, 1-14).

Vive la France !

T. Brière-Saunier

Courriel : Alliance.Royale28@remove-this.inmano.com

Facebook: Alliance-Royale-sur-Chartres

Twitter: @canardsanstete1


Tribune de la majorité

L’approche des élections municipales conduit la Majorité municipale, dans le respect des règles applicables aux campagnes électorales, à suspendre la parution de sa tribune jusqu’aux élections de mars 2020. Merci de votre compréhension.

Les élus de la majorité municipale