Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Février 2020

Tribunes de Réinventer Chartres

LES DETTES CACHÉES DE LA JEAN-PIERRE GORGES : 400 MILLIONS D’EUROS

Le Conseil Municipal de Chartres du mois de janvier a été l’occasion de la présentation du budget 2020 et comme toujours, l’occasion d’une présentation tronquée de la réalité financière de la Ville de Chartres et de son agglomération.

Nous avons à cette occasion rappelé des vérités. La dette s’élève à 100 millions d’Euros soit 2 500 euros par habitants (1 000 euros de plus que pour les communes de la même taille !). Il faudrait près de 10 ans pour la rembourser si nous arrêtions tout investissement (2 ans pour rembourser la dette de la Ville en 2002 !). La capacité d’autofinancement se dégrade, alors qu’après les impôts locaux toujours 30 % plus lourds que les communes de même tailles. La contribution des entreprises a augmenté de 60 % depuis l’arrivé au pouvoir de l’actuelle majorité. La dette est en partie la conséquence de projets couteux et au-delà des prévisions tel l’Hôtel de Ville dont le coût va dépasser les 65 millions d’Euros (annoncé à 30 millions). Avec pour constats une population qui baisse, des loyers qui s’envolent, des services publics qui se dégradent.

Jean-Pierre Gorges, nous reproche de comparer des choses qui ne sont pas comparables, qu’avec 450 millions d’Euros investit en 20 ans, l’endettement est raisonnable grâce à sa gestion saine…

Il a raison au moins sur un point : nous comparons des choses qui ne sont pas comparables. La dette est encore pire que celle affichée.

Jean-Pierre Gorges a organisé un système pour transférer la dette de la ville vers celle de l’Agglomération et les « satellites » nombreux et non transparents créés ces dernières années. En cachant des dépenses autrefois assumées par la Ville de Chartres, en faisant payer toutes les contribuables des communes de l’agglo (notamment les plus petites et les plus pauvres), c’est un système de filiales qui a été mis en place pour protéger le maire de Chartres/Président de l’Agglomération.

Pour être complet il convient de cumuler toutes les dettes au sein de l’Agglomération (+100 millions), les SPL (100 millions) et les diverses structures (transports, eau, etc.), la dette réelle de Jean-Pierre Gorges est de près de 400 millions d’Euros.

Il n’y a pas de miracle chartrain, il y a une dette que paieront nos enfants.

Le groupe « Réinventer Chartres »
Monique Kopfer, Josette Morin Berenfeld, Sandra Renda, Boris Provost, David Lebon et Sébastien Tenaillon


Tribune de Chartres Insoumise

UNE URGENCE SOCIALE, ÉCOLOGIQUE, ÉCONOMIQUE ET DÉMOCRATIQUE À CHARTRES : LES TRANSPORTS ET LES MOBILITÉS

La question des transports et des mobilités dans notre ville est devenue une véritable préoccupation pour de très nombreux habitants : ville bloquée aux heures de pointe, réseau de bus à réorganiser, difficultés et dangers pour la circulation des vélos et les déplacements des piétons, pollution récurrente en centre-ville, accès insuffisant à la ville pour tous pour des raisons financières, coût exorbitant des tarifs de parking, concession privée des parkings souterrains consistant en un véritable cadeau financier à la société Q Park.

Il est temps de réfléchir à une véritable transformation en profondeur de la politique municipale dans ce domaine. Il faut sortir des choix libéraux et néfastes de l’actuelle majorité et s’orienter vers une ville, où chacun pourra se déplacer, quel que soit son moyen de transport choisi. Il ne s’agit pas de mettre en concurrence les modes de transport mais de les harmoniser, pour offrir un choix accessible à tous selon ses besoins et ses moyens.

Le projet dominant doit être une politique de développement du service public du transport en commun à Chartres. En concertation avec les habitants, le réseau de bus doit être étendu, revu dans sa fréquence et dans son accessibilité, en particulier pour les personnes âgées, les jeunes et les personnes à handicap et réorganisé dans ses lignes.

Des parkings gratuits en périphérie de la ville peuvent être installés pour permettre de laisser sa voiture et circuler plus facilement vers le centre et les quartiers. Une ligne circulaire de bus peut être envisagée aussi. Il faut désengorger la ville avec des circulations douces (vélos, piétons, autres modes de déplacement…).

Des efforts importants doivent être réalisés pour le déplacement en vélo. L’objectif doit être qu’un enfant de 10 ans puisse aller à l’école en toute sécurité ! Des pistes cyclables sécurisées sont nécessaires dans toute la ville, des zones d’accrochage installées aussi, des ateliers municipaux de réparation et d’entretien doivent être multipliées.

Une dernière idée, qui fait son chemin dans de nombreuses villes (Châteauroux, Aubagne, Dunkerque, Niort…) est à réfléchir : la question de la gratuité des transports. Là où elle a été mise en place le nombre de voyageurs a augmenté, des avancées écologiques importantes ont eu lieu avec une baisse de la pollution automobile, une offre économique et sociale indispensable est proposée dans le contexte actuel, c’est aussi un outil de lutte contre l’exclusion et l’isolement.

Les transports et les mobilités sont aussi une question de progrès démocratique avec une véritable implication des habitants dans le cadre de consultations réelles et régulières durant le mandat municipal.

Nabila Lakehal
Chartres l’humain d’abord


Tribune sans étiquette

A l’approche des élections municipales, j’ai décidé de ne pas publier dans un soucis d’éthique démocratique.

T. Brière-Saunier

Courriel : Alliance.Royale28@remove-this.inmano.com

Facebook: Alliance-Royale-sur-Chartres

Twitter: @canardsanstete1


Tribune de la majorité

L’approche des élections municipales conduit la Majorité municipale, dans le respect des règles applicables aux campagnes électorales, à suspendre la parution de sa tribune jusqu’aux élections de mars 2020. Merci de votre compréhension.

Les élus de la majorité municipale