Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Juillet-Août 2018

Tribunes de l'opposition

Tribune Réinventer Chartres

PÔLE GARE

LE CALENDRIER POLITIQUE DU MAIRE VA PROVOQUER LE GRAND BAZARD

Le Conseil Municipal de Juin 2018 a été le théâtre (c’est le cas de dire) de la présentation du projet d’aménagement de la place Pierre Sémard devant la gare SNCF de Chartres. Si nous sommes favorables au réaménagement du quartier de la Gare, nous avons déjà eu l’occasion de dire notre opposition à l’installation d’une salle de spectacle - sans modèle économique -
dans ce quartier où les difficultés d’accès sont importantes. Alors que la collectivité va mettre plusieurs dizaines de millions d’Euros pour régler ce problème d’accès et de circulation, l’entêtement de Jean-Pierre Gorges à imposer cette salle de spectacle derrière la gare va créer davantage de flux et donc davantage de désagréments.

Tout cela va être encore accentué par la réorganisation de la place Pierre Semard alors que la piétonisation de celle-ci devait arriver à la fin du projet d’aménagement du quartier soit après le déplacement de la gare routière à l’arrière de la gare SNCF pour détourner le flux des bus. La perspective des élections municipales a changé le planning.

Pour montrer que les choses avancent, bien que le Conseil d’Etat ait confirmé le refus du permis de construire de la salle de spectacle en absence d’étude préalable environnementale, la réorganisation de la place va être lancée alors que le quartier n’est pas prêt. Gare routière temporaire sur le site du Compa, chantier de la passerelle sur les voies,
circulation piétonne à risques, circulation voitures détournée sur des petites rues et rue du Faubourg St Jean avec son école…, etc. Tout cela aurait pu être évité si le calendrier initial avait été maintenu.

Sur le projet de réorganisation de la place tout est dit par le Maire lui même : « Si quelqu’un vient sur cette place, c’est qu’il se sera perdu ». Belle vision d’aménagement ! Du minéral (dangereux quand il pleut beaucoup comme vous l’avez vécu avec les orages de juin), pensé pour être un anti-lieu de vie, cette place de plusieurs millions d’euros ne servira donc à rien. Vous pouvez juger de l’utilisation de vos impôts…..

Bel été malgré tout !

Le groupe « Réinventer Chartres »
Noël Billard, Monique Kopfer, David Lebon, Josette Morin-Berenfeld, Sandra Renda, Sébastien Tenaillon.

Tribune de Chartres Insoumise

JUSQU'OÙ IRONT-ILS ?

Le candidat de la majorité est désormais connu pour le prochain scrutin municipal. Il s'agit donc de M. Gorges lui-même, candidat à sa propre succession pour la 3e fois... Nous savons donc à quoi nous en tenir après vingt ans de politique antisociale sur notre territoire : hypercentralisation et destruction des services protégeant les plus démunis. Ne l'oublions pas, M. Gorges et ses amis royalistes n'ont jamais été du côté du peuple mais au service des plus fortunés, à l'instar de M. Macron qui n'hésite pas à faire les poches des retraités et des bénéficiaires de l'APL par exemple.

Je voudrais braquer le projecteur sur celles et ceux qui luttent pour une société débarrassée de la concurrence généralisée. Les cheminots par exemple, mobilisés depuis maintenant plus de trois mois pour préserver un service public ferroviaire de qualité. Contrairement à ce que prétendent certains, une loi votée à l'assemblée peut encore être abrogée. Alors non, il n'est pas vain de continuer à se mobiliser ! Il est même primordial de soutenir ces hommes et ces femmes qui ne se battent pas seulement pour eux-mêmes mais bien pour tous les usagers des transports publics... Car in fine, à qui profitera l'ouverture de la concurrence ferroviaire ? Toujours aux mêmes, soyez-en certains. Alors oui, les nombreux mouvements de contestation sont légitimes et indispensables, tant
l'offensive libérale en cours est violente.

Pensons également au personnel soignant, mobilisés contre la fermeture d'une centaine de lits dans les hôpitaux de Chartres, avec comme volonté de fond la vente de l'hôtel-Dieu d'ici trois ans. La disparition des lits entraînerait la suppression de près de 180 postes dans les différents services... Tout cela parce que les pouvoirs publics gèrent la santé comme un marché et qu'ils appliquent le modèle de l'entreprise à un service public pourtant hautement indispensable. M. Gorges est président du conseil de surveillance des hôpitaux de Chartres, la majorité municipale est donc également responsable : je ne me souviens pas avoir entendu des membres de la majorité condamner cette logique mercantile de la santé.

Depuis 2014, je défends l'idée d'étendre la gratuité pour les usagers des transports urbains Chartrains. Inciter à prendre un transport collectif est une mesure écologiste et sociale qui répond à de nombreux problèmes contemporains : routes surchargées, air pollué, manque de moyens pour se déplacer, isolement social, etc.. Mais c'est naturellement contraire à l'idéologie de la majorité qui préfère investir dans le tape à l'oeil, avec la création d'un énième centre de consommation de masse, ou encore une « grande » mairie centralisée sans aucun service de proximité.

Bonne vacance à celles et ceux qui ont la chance de pouvoir partir, et bon courage pour les autres.

Denis Barbe

chartres.insoumise@remove-this.gmail.com


Tribune sans étiquette

HIC ET NUNC

J'ai une seule question à poser : pourquoi n'avons-nous pas connaissance des tribunes des autres groupes municipaux AVANT leur parution ? Dans mon cas personnel je devrai plutôt parler de groupe individuel. MDR

J'observe que cette majorité publie ses tribunes en retournant les arguments que les opposants pu-blient dans le même numéro. Même si globalement il n'y a aucune surprise dans la tribune d'autosa-tisfaction et publicitaire franchement soporifique des occupants du Château, cette distorsion tempo-relle me semble relever du fait du … Prince. Tiens, nous revoilà donc systématiquement plongés dans les heures-les-sombres-de-notre-Histoire. Pour faire une comparaison sportive qui m'est chère, des deux boxeurs un seul peut donner des coups sans les recevoir immédiatement. Équilibré et spor-tif n'est-il pas ? J'avais déjà fait remarquer publiquement que j'étais tenu à un délai de parution mais que la majorité s'en affranchissait allègrement. Je repose alors la question ! Why ? Warum ? Porque ? Quid ?

Pour faire écho à la dernière tribune de mon collègue Barbe, que je salue pour sa fraîcheur d'esprit et sa plume révolutionnaire, je dirai que certaines « espèces » ne nous gêneraient pas si elles ve-naient à disparaître. Ayons une pensée particulière pour les laudateurs de la « tabula rasa » (désolé pour ceux à qui j'écorche les oreilles) qui, comme chacun sait (ou pas...), traînent derrière eux une longue tradition de pratiques plus philanthropiques les unes que les autres. Pensons également aux humanistes apaisés dont le seul horizon acceptable est celui d'une diversité bien lisse et homogène, sans oublier, bien évidemment, les démocrates à godillots cloutés et cocktail molotov de bienvenue.
Qu'on soit nostalgique ou importuné par l'Histoire de France, je vous rejoins, mon cher collègue, sur le caractère répétitif et pompeux des manifestations à la gloire d'antan. Encore qu'il ne faudrait pas jeter l'eau avec le bébé du bain (ou l'inverse). Ce qu'il y a de nauséabond, mon cher collègue, c'est ramener dix siècles d'Histoire à un seul adjectif... Mais, j'en conviens, laissons de côté ces arguties d'historiens du dimanche.

Je vais vous souhaiter à toutes et à tous de bonnes vacances. On va peut-être changer d'air mais pas de chanson. C'est toujours la même musique de flûte, pour les premiers de cordée neurasthéniques, ou de pipeau, pour les esprits libres.
Vive la France !

T. Brière-Saunier

Contact : Alliance.Royale28@remove-this.inmano.com

Twitter: @canardsanstete1 - FB: Alliance-Royale-sur-Chartres


Tribune de la majorité

Le député de la circonscription se sentirait « insulté » par notre tribune du mois dernier. Il l'aurai confié à l'Écho Républicain. Nous avions seulement qualifié ses prises de « schizophrène », « muet » et « hémiplégique », mettant en évidence les contradictions entre ses votes parisiens et ses choix locaux.

Rappelons-lui en passant que ces trois qualificatifs s'appliquent à des maladies. Les malades apprécieront qu'il les considère comme des insultes. Cette confusion laisse rêveur sur la susceptibilité de cet élu bien macronien.

Rappelons-lui encore que notre tribune n'exerce son droit de critique que sur ses prises de position LOCALES. Jamais sur ses initiatives parisiennes, quand à l'Assemblée Nationale il s'attache par exemple à vouloir faire considérer par la loi les religions comme des lobbies ordinaires. Curieux, ce député de la majorité qui se comporte comme un minoritaire à vouloir dicter sa loi à la majorité... Mais n'allons pas plus loin, il risquerait de trouver cela insultant.

Pour le reste, cette saison s'achève bien au Conseil municipal. L'opposition a même voté nos propositions d'actions dans le cadre de plus « Action Cœur de Ville », subventionnables par le Gouvernement. Ce consensus démontre s'il en était besoin l'absence de propositions alternatives venues d'autres horizons politiques à Chartres. À bon entendeur...

Tournons-nous donc résolument vers l'été qui commence ! Ce magazine foisonne justement d'animations estivales. L'embarras du choix, c'est bien la preuve de la vitalité des Chartrains et aussi de leurs élus. C'Chartres en somme !

Les élus de la majorité municipale