Conseil municipal de la Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Octobre 2019

Tribunes de Réinventer Chartres

NOUVEAU SCOT : NE RIEN CHANGER ALORS QUE LA SITUATION SE DÉGRADE

Le Conseil communautaire et le conseil municipal de Chartres ont été amenés à débattre du nouveau Schéma de Cohérence Territoriale proposé par l’équipe du président de l’agglomération. Les différents documents qui composent le SCOT sont difficiles d’accès au plus grand nombre d’entre vous car techniques ou remplis de phrases assez vagues.

Ce SCOT est un document important car il a des impacts sur votre quotidien. Il fixe les grands principes d’organisation du territoire pour les 20 prochaines années et donc conditionne vos emplois, votre habitat, mais aussi vos conditions de circulation, votre cadre de vie et votre environnement.

Pour les déplacements sur le territoire, vous pouvez le vivre tous les jours avec des embouteillages toujours plus nombreux dans Chartres car il y a de plus en plus d’habitants à habiter dans des villes ou villages sans transports en commun. Le nouveau SCOT, tout comme le précédent, n’impose aucune règle urbanistique réellement contraignante aux communes ! Il ne permet pas d’orienter l’augmentation des constructions de logements prioritairement dans les communes avec une offre de transports en commun, notamment celle ayant l’accès au train ou dans un rayon proche d’une gare. Cela contraindra beaucoup d’habitants à être toujours plus dépendants de leurs voitures et participer malgré eux à la dégradation de leur quotidien comme de l’environnement. Le mouvement des gilets jaunes a démontré que la pauvreté augmente dans la zone qu’on appelle périurbaine de l’agglomération (les villes qui ne sont pas en continuité urbaine de Chartres). En laissant construire toujours plus de logements dans des lieux isolés, on oblige toujours plus de familles à avoir 2 voitures, à supporter des coûts importants en raison de leur éloignement des zones d’emplois, de services publics et de transports collectifs.

Deuxième sujet majeur, le SCOT doit s’inscrire dans une stratégie de développement durable. C’est encore un échec de ce point de vue. En voulant urbaniser 200 ha au nord de Lèves pour le Parc Graals (dont en entend dire que la société qui le porte est en très grande difficulté financière), on détruit des terres agricoles en dehors de la zone urbaine, sur la vallée de l’Eure, pour un intérêt limité notamment en création d’emplois. Et aucun plan de déplacement n’est prévu pour absorber le trafic généré par ce parc de loisirs ! Tout l’est de Chartres, de la place Drouaise jusqu’à Lèves sera bouché. Si la place drouaise est bloquée ce sont tous les boulevards de la place Morard jusqu’à la gare qui le seront aussi ! Après Chartres Capitale de la Lumières, voici Chartres Capitale des embouteillages, quel progrès !

L’équipe dirigeante de l’agglo et de la ville a fait le choix de passer en force à un an des élections municipales en adoptant ce SCOT. Pourquoi voter en force un SCOT qui va dégrader votre qualité de vie, vos finances et l’environnement ?

Le groupe « Réinventer Chartres »
Monique Kopfer, Josette Morin Berenfeld, Sandra Renda, Boris Provost, David Lebon et Sébastien Tenaillon


Tribune de Chartres Insoumise

Suite à la démission de M Denis Barbe de son poste de conseiller municipal, représentant la liste d’opposition Chartres Insoumise, et dans l’attente que sa succession se fasse investir et soit officiellement installée au sein du Conseil municipal, cette espace d’expression est laissé vacant.


Tribune sans étiquette

DISCIPLINA EGENS

Témoignage (accablant) d’une professeur de français exerçant dans un lycée périphérique (comprendre : ni bobo, ni quartier sensible) : « M’dame, y’a 15 lignes, le texte, ça fait beaucoup de écrit ! ». Triste constat qui parle de lui-même : préparant un baccalauréat désormais bradé, nos ados éprouvent les pires difficultés à se concentrer sur un court texte, et plus encore pour l’écrire (sans faute de préférence, mais peut-être est-ce trop demander…). La question que je pose rue de Grenelle est la suivante : comment se fait-il que le niveau dégringole à mesure que les moyens augmentent ? En valeur brute, la DIE (Dépense Intérieure à l’Éducation) par élève est passée de 4 860 € en 1980 à 8 440 € en 2015 1, soit presque 75 % d’augmentation, pour un résultat catastrophique (12 à 15 % des entrants en sixième lisaient avec de grandes difficultés à la rentrée 2018) 2. Que s’est-il passé ? La réponse se trouve dans la révolution sociétale (et soviétique) que nous vivons depuis les années 1960-1970. L’enseignant n’est plus un maître, un guide, mais un animateur, dont le statut social, de fait, n’a cessé de se dégrader : souvent vêtu comme ses élèves, substituant tout aussi souvent le vouvoiement réciproque (marque d’une distance nécessaire) au tutoiement (qui fait « pote »), l’enseignant perd son prestige, donc son autorité. Conséquence, le métier n’attire plus les têtes de classe (sauf exception), ce qui explique, en partie, l’indigence de l’enseignement public d’aujourd’hui. Le « prof » actuel n’a plus pour rôle de transmettre un savoir, mais de formater les esprits de nos têtes blondes pour en faire de bon petits soldats au service de la bien-pensance bobo-marxiste, incapables de réfléchir par eux-mêmes (« Big Mother » s’en charge). Tous cela au nom d’une égalité qui n’existera jamais (le communisme a essayé, on sait ce qu’il en est advenu…) et d’un esclavage intellectuel camouflé sous le vocable « liberté ». Mais le comble du cynisme est que les défenseurs les plus acharnés de l’école publique se gardent bien d’y mettre leur propre progéniture. Celle-ci se retrouve dans des écoles hors contrat que le quidam de base ne pourra jamais offrir à ses enfants. Une manière hypocrite de conserver la domination d’une oligarchie hors sol complètement déconnectée des besoins du bon peuple…

Bien que le Ministre de l’Éducation Nationale soit le seul membre du Gouvernement à faire son travail (à peu près) correctement, il serait mieux inspiré de redonner au métier d’enseignant son prestige d’antan, afin d’attirer à nouveau l’élite intellectuelle et d’entamer de vraies réformes pour donner à nos enfants de solides bases pour se lancer dans la vie.

« Un pays dont la jeunesse est ignare est un pays vaincu »

Vive la France !

1 : sources INSEE

2 : sources ANLCI

T. Brière-Saunier

Courriel : Alliance.Royale28@remove-this.inmano.com

Facebook: Alliance-Royale-sur-Chartres

Twitter: @canardsanstete1


Tribune de la majorité

L’approche des élections municipales conduit la Majorité municipale, dans le respect des règles applicables aux campagnes électorales, à suspendre la parution de sa tribune jusqu’aux élections de mars 2020. Merci de votre compréhension.

Les élus de la majorité municipale