Conseil municipal – Ville de Chartres

Votre mairie – Ses grands projets

Octobre 2020

Tribune « Chartres Écologie »

Tribune non parvenue.


Tribune « Chartres à Gauche »

LA RENTRÉE EST FAITE DANS LES ÉCOLES.

Après une fin d’année scolaire perturbée et alors que le coronavirus regagne du terrain, les soucis de rentrée scolaire s’accompagnent dans de nombreuses familles d’inquiétudes pour le travail et le bouclage de fins de mois. Applaudissons dans ce contexte l’action des personnels municipaux (ATSEM dans les classes et les cantines, services techniques qui sont intervenus pour aménager les locaux) et des associations périscolaires.

Ces dernières années, le nombre d’élèves a diminué dans les écoles primaires et maternelles, davantage dans notre commune que dans le reste du département. La baisse de la démographie se fait sentir partout, mais une ville chère et des logements inaccessibles à de nombreuses familles accentuent ce phénomène à Chartres.

La bonne santé et le dynamisme des écoles publiques, laïques et gratuites, sont essentiels ; nous veillerons au maintien des groupes scolaires et à ce qu’ils ne soient pas fragilisés. Aussi nous déplorons la vente à une école privée d’un terrain de la ZAC de la Courtille, concédé à un prix nettement inférieur à son évaluation. Cette subvention indirecte à un établissement privé d’enseignement va au-delà du soutien financier encadré par la loi.

Cette année encore les élèves du collège Jean-Moulin resteront répartis sur plusieurs établissements en attendant l’ouverture du nouveau site avenue Maréchal Leclerc, retardé pour cause de crise sanitaire. Et les classes surchargées ? L’ancien site est affecté à la Cosmetic Valley. Rappelons que parents et professeurs se sont fortement mobilisés contre les avis du département et de la mairie pour maintenir Jean-Moulin dans la ville. Doit-on laisser la logique immobilière prendre le pas sur le secteur public ? Le rayonnement de Chartres ne passe pas que par des vitrines privées !

Dernier point : les menus de la restauration scolaire. Seule dans l’agglomération, la ville a décidé pour cette rentrée d’un changement de régime. Au choix entre « régime avec porc/ régime sans porc » s’est substitué le choix, à la semaine, entre « végétarien » « standard » (ce dernier comporte, c’est désormais obligatoire partout en France, un repas végétarien par semaine). Notons qu’un menu végétarien ne privilégie pas nécessairement l’agriculture biologique ou raisonnée, ni les circuits courts, qui doivent être aussi des préoccupations civiques. Surtout, une politique publique doit trouver les moyens de donner à chacun la possibilité de s’épanouir dans le respect de ses convictions et croyances. C’est un principe essentiel. Certes, il ne faut pas rendre trop complexe l’organisation et la préparation des repas collectifs. Mais ne pouvait-on imaginer des solutions plus tolérantes ?

Jacqueline Marre : jacqueline.marre@remove-this.ville-chartres.fr

Boris Provost : boris.provost@remove-this.ville-chartres.fr


Tribune « Avec vous, osons Chartres autrement ! »

UNE RENTRÉE SCOLAIRE SATISFAISANTE DES ÉCHANGES ENTRE ÉLUS QUE NOUS DÉPLORONS

A l’occasion de cette rentrée scolaire 2020 qui comportait de nombreux protocoles au regard de la crise sanitaire que nous traversons, nous nous félicitons que tout se soit bien déroulé et resterons vigilants, dans les mois à venir, à l’évolution de la situation.
Entrés dans le vif du sujet à l’occasion du Conseil Municipal de rentrée, qui s’est tenu jeudi 17 septembre 2020, nous avons souhaité soutenir un certain nombre de propositions à l’instar des groupements de commandes pour la réalisation de missions de maîtrise d’ouvrages, la réalisation de travaux d’entretien et d’amélioration des espaces publics, mais aussi la gestion globale de l’éclairage public, la réalisation de prestations de contrôle, d’études, de diagnostics, de coordinations et suivi de travaux, (…). En effet, toute démarche qui tend à améliorer la qualité de service rendu et, par ailleurs, à amoindrir les coûts, mérite d’être soutenue.

Nous tenions également à saluer les arbitrages qui ont été faits dans le cadre du contrat de Ville 2015 – 2022 :

  • Qu’est-ce qu’un Contrat de Ville ? Un contrat qui succède aux contrats urbains de cohésion sociale (Cucs), une démarche intégrée devant tenir compte des enjeux de développement économique, de développement urbain et de cohésion sociale.
  • Quel est l’objectif de ce Contrat de Ville ? S’engager à mettre en oeuvre un projet sur le territoire au bénéfice des habitants des quartiers prioritaires. Sensibilisation des plus jeunes, soutien scolaire, alimentation, jardin pédagogique, culture, ateliers créatifs, code de la route et apprentissage du vélo. Autant de projets que nous avons soutenu au titre de l’année 2020.

Plus d’infos : https://cget.gouv.fr/territoires/quartiers-de-la-politique-de-la-ville/contrat-de-ville

Lors de notre précédente tribune nous tenions à rappeler aux lecteurs que nous continuerions à incarner une opposition vigilante et constructive, soucieuse de défendre au mieux les intérêts de toutes les Chartraines et de tous les Chartrains, et ce dans le plus grand respect des divergences de points de vue et d’idées. Force est de constater qu’une ligne rouge a été franchie lors de ce Conseil du 17 septembre 2020. Nous avons assisté, dépités et désolés, à des échanges à nos yeux stériles et inutilement agressifs. Ce type d’échanges n’a pas lieu d’être, toutes les oppositions méritent le respect, quelles que soient les valeurs et idées qu’elle défendent. Au-delà de toute considération idéologique, nous le devons à nos concitoyens.

Nous vous souhaitons un bel été indien !

Contacts :

Réseaux sociaux #avecvousosonschartresautrement :


Tribune de la majorité

N’EST PAS GRAND QUI VEUT !

Les Chartrains l’ont échappé belle ! Lors des élections municipales, les candidats Verts dans toute la France nous avaient vendu un gentil programme de défense du cadre de vie.
Les nouveaux maires Verts de grandes villes viennent de tomber le masque : bonjour les Khmers Verts ! Pas de débats ! Des diktats ! Des diktats !
A Bordeaux, finis les sapins de de Noël décrétés « arbres morts ». A Lyon, terminée la présentation des échevins (conseillers municipaux) au Cardinal Primat des Gaules, une tradition ininterrompue depuis… 1643 ! Prétexte : la laïcité l’interdirait, même si le même maire pose le lendemain la première pierre d’une mosquée. Et il récidive : c’est le Tour de France qui trinque, réputé « polluant et machiste » ! Partout, ces nouveaux procureurs brisent les manifestations d’unité populaire, celles qui rassemblent au-delà des opinions de chacun. Ils nous font penser à ce petit personnage imaginé par Goscinny dans un épisode des aventures d’Astérix, un nommé Tullius Détritus, qui sème la « Zizanie » chez les Gaulois pour finir par faire de même chez les légionnaires de César.
Tullius, « l’horrible visage vert de la zizanie »… (sic !).
Nous avons son cousin à Chartres. Lors du dernier conseil municipal, Quentin Guillemain s’est permis d’attaquer la proposition municipale d’appeler « Jacques-Grand » le nouveau parc de La Madeleine. Oh, notre « Quintus Guilleminus » vous jurera la main sur le coeur qu’il n’a pas attaqué la personne. Et c’est vrai que, comme à son habitude, il n’a pas poussé son attaque à fond : il lui aurait fallu l’argumenter. Dire que Jacques Grand n’était pas seulement le créateur d’une grande surface dans les années 1960, mais aussi un artisan inlassable du logement social et l’homme qui a mis le pied à l’étrier à de nombreux jeunes chefs d’entreprise chartrains, qui font encore aujourd’hui la prospérité et l’emploi dans votre ville.

Non, le regard caché derrière ses petites lunettes (à la Trotsky ?), la voix doucereuse, il s’est contenté d’insinuer, de distiller le soupçon et disons-le de discréditer un homme que, de son propre aveu, il n’a jamais connu. Faut-il rappeler à ce militant de gauche extrême que la dernière personnalité qui est venue à Chartres soutenir l’extension d’une grande surface s’appelait Ségolène Royal, écologiste revendiquée ? Et ce n’était pas dans les années 60, ais bien dans une campagne législative en 2008, durement sanctionnée par le Conseil Constitutionnel qui frappa d’inéligibilité la candidate socialiste locale.

Ces gens-là détestent ceux qui réussissent : ils n’en font pas partie. Et ils méprisent le peuple aux goûts vulgaires, eux dont l’aigreur se console en se voulant pureté de la nouvelle élite. Quintus attaque la 5G mais vit sur Twitter.

Et surtout quand Tullius est drôle, Quintus est seulement méchant. Bref, il n’est pas Grand !

Les Élus de la majorité municipale