Sortir à Chartres

Soutenir le musée

Devenez mécène en participant à la préservation ou l’enrichissement des collections !


Pourquoi faire un don ?

Au-delà des opérations ciblées, le mécénat participatif ou collaboratif permet de contribuer aux missions de conservation, de restauration, de valorisation des œuvres, ainsi qu’à la politique d’acquisitions menée par le musée.

De plus, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 66% (valable uniquement pour les foyers fiscaux français, article 200 du code général des impôts).

Votre aide est précieuse !

Retrouvez plus d’informations sur le site du ministère de la culture et de la communication.

> Ou renseignez-vous auprès du musée : 02 37 90 45 80.

En tant que particulier

Vous pouvez aider le musée grâce au « ticket mécène© ».

Le principe est simple : vous faites un don au musée de la somme de 3 euros ou plus et vous recevez un reçu fiscal. Pour tout don, une carte postale du musée vous est offerte.

À partir d'un don de 10 euros, vous recevrez un jeu de cartes illustré par Jean-Michel Alberola.

Renseignements : 02 37 90 45 80.

Pour les entreprises

Quelque soit la taille de l’entreprise, le mécénat est un formidable outil de soutien aux actions culturelles et patrimoniales sur votre territoire et un moyen de communication, novateur et porteur de valeurs altruistes.

Ce système avantageux permet de renforcer les liens avec le public local, tout en offrant une image dynamique notoire.

Renseignements : 02 37 90 45 80.


Les avantages fiscaux

En application de la loi du 1er août 2003 sur le mécénat, tout don à un musée labellisé « Musée de France » peut générer une réduction d'impôt.

Pour les particuliers

Réduction à hauteur de 66% :

  • valable uniquement pour les foyers fiscaux français.
  • dans la limite d’un plafond de 20% de l’impôt sur le revenu.
  • dans le cas contraire, possibilité de report de l’avantage fiscal sur cinq ans.

Pour les entreprises

Réduction à hauteur de 60% :

  • sur le montant de l’impôt sur les sociétés (ou autres).
  • dans la limite d’un plafond de 0,5 % du chiffre d’affaires.
  • dans le cas contraire, possibilité de reporter l’excédent sur cinq ans.